DOSSIER sur les incendies des Linky (et autres « compteurs » radiatifs) – ARCEP : atteinte à la vie des porteurs d’implants médicaux (en 12 points)

Une « culture du secret » (clauses de confidentialité, etc), le flou entre les multitudes de données de quelque nature qu’elles soient, législatives comprises, la prise en compte d’un ou deux facteurs et l’ignorance totale ou la négligence des myriades de paramètres impliqués, la confidence d’une commerciale d’Enedis est révélatrice à ce sujet : « Les pannes liées à certains appareils étaient dues au fait que certains (?) fabricants chevauchaient « notre » bande de fréquences ». A savoir que le commercial longuement rencontré le 22 juin 2016 (voir compte-rendu), n’a rien pu nous dire des « harmoniques », ni de la « compatibilité électromagnétique », ni du boitier ERL, ni de la fréquence des trames, ni à partir de combien de Linky refusés dans la grappe, cela déréglait le fonctionnement de cette grappe.

1-L’EFFET JOULE DU AU CPL est l’un des facteurs qui contribuent à rendre l’installation plus fragile.

https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00983504

Sauvegardé ici : http://www.santepublique-editions.fr/objects/HAL-archives-ouvertes-tel-00983504-Amilcar-Mescco-these-3-decembre-2013-Telecom-Bretagne.pdf

  1. 12-13 :

« Dans un environnement domestique, les appareils électroménagers, et en général tout appareil électrique connecté au réseau d’alimentation, contribuent au déséquilibre des lignes du réseau. (…) Les fils d’un câble peuvent aussi contribuer au déséquilibre du réseau. Le déséquilibre dans les fils est généré par la variation en longueur et rayon des fils ainsi que par la variation d’impédances par rapport à la masse. La différence de longueur de fil amène une différence de phase entre les courants circulant dans les fils de phase et de neutre. Cette différence de phase génère un courant en mode commun.

En conséquence du déséquilibre du réseau électrique, le signal injecté en mode différentiel dans une ligne électrique subit une transformation en un signal de mode commun.

Les émissions rayonnées dans les systèmes CPL sont directement liées au déséquilibre du réseau. Ce rayonnement varie en fonction des composants du réseau électrique. L’étude [25] montre par exemple que le degré de déséquilibre électrique et les émissions rayonnées sont élevés dans les cas de présence d’un interrupteur unipolaire ou d’un tube fluorescent, même éteint. (…)

L’étude [4] étudie le rayonnement d’un câble torsadé en analysant le paramètre Longitudinal Conversion Transfer Loss (LCTL). Dans cet article, il est démontré que les éléments non équilibrés contribuent à la génération des émissions rayonnées.

Par ailleurs, la référence [4] indique que les câbles équilibrés sont stables et ne génèrent pas de rayonnement. Cette stabilité est cependant détériorée avec l’augmentation de la fréquence. Par ailleurs, si un appareil dans le système a un facteur de conversion balance-unbalance faible, le facteur de conversion de tout le système est dégradé. »

 

[Cette thèse est consacrée au CPL haut débit (en mégahertz), alors que les fréquences de fonctionnement du Linky autorisées par le CENELEC sont en kilohertz, toutefois, cette observation vaut pour tous les réseaux CPL, y compris ceux du Linky.]. Ajoutons que le Linky est « EVOLUTIF », et sera en MHz, sans plus de recherches indépendantes sur les risques.

 

 

2-PREUVE DU RISQUE INCENDIE

https://lespiedsalaterre.org/linky-landisgyr-preuve-explosive-risque-incendie/

Ci-joint un document confidentiel, qui n’aurait jamais dû être accessible ni au grand public ni aux médias, et qui a été transmis par Landis+Gyr à toutes les compagnies fournissant de l’électricité. Ce document porte sur les causes potentielles d’incendies attribuées aux compteurs intelligents. Il démontre clairement les faiblesses conceptuelles qui entraînent la surchauffe et la fonte de ses composantes, ce qui peut provoquer un incendie à terme. Il s’agit exactement du même compteur qu’utilise Hydro-Québec.

Des alarmes intégrées dans le logiciel de gestion sont même prévues pour signaler les températures élevées à l’entreprise gestionnaire de l’électricité. D’évidence, ces alarmes ne leur permettent pas d’intervenir adéquatement pour empêcher quoi que ce soit, puisque des centaines d’incendies ont été déclenchés malgré ce dispositif. Par contre, il semblerait que c’est ce qui alerte les compagnies d’électricité pour leur permettre de récupérer les compteurs défaillants sur les lieux des sinistres avant que les commissaires aux incendies ne puissent procéder à leur examen.

Selon toute vraisemblance, Hydro-Québec dispose de ce document depuis octobre 2013. Nous devons en déduire qu’Hydro-Québec a décidé, en toute connaissance de cause, d’installer 3,8 millions de ces compteurs dans les foyers québécois en sachant pertinemment que cet appareil, non homologué UL ou CSA, comporte des risques AVÉRÉS de mettre le feu à nos résidences.

 

la suite ici : https://levisrefuselescompteurs.wordpress.com/2015/06/22/compteurs-landisgyr-preuve-explosive-du-risque-incendie/

3-ONSE – risques incendie : l’ONSE (observatoire National de la Sécurité Electrique) : poseurs peu formés – qualité des installations intérieures laisse à désirer : les 2/3 des logements testés présentent des anomalies. Les parties communes sont encore plus mal loties. 80 000 incendies d’origine électrique par an. (coût : plus d’un milliard par an). « Le nombre de dégâts électriques a doublé entre 2012 et 2013. Le risque est ici accru puisque l’on ajoute des fréquences sur des fils en cuivre destinés à recevoir du 50 Hz : l’effet Joule a une incidence considérable, d’autant plus que la liaison « numérique » rend le système plus instable et fragile.

 

4-Pourquoi Enedis n’annonce-t-il jamais si le compteur qui a grillé est un linky ou pas ? En l’occurrence, qu’il s’agisse de l’un ou l’autre, le nombre est croissant, comme l’indiquait l’ONSE déjà en 2014. Les sorties des pompiers sont également en nombre croissant.

 

5-Enedis ne prend pas la peine de vérifier que l’installation existante est bien sécurisée, puisque l’ONSE indique que les 2/3 des installations ne le sont pas, et que ce facteur accroit donc les risques encourus.

 

6- Le nombre d’objets connectés est en nombre croissant, voire exponentiel, ce qui, par conséquent, augmente les risques d’interférences ; bien souvent, les différents fabricants utilisent des fréquences qui se « chevauchent », facteur supplémentaire de pannes d’appareils récurrentes et d’incendies.

 

7-Bernard Marchal, opérateur radio professionnel, indique que les harmoniques et la « compatibilité électromagnétique » n’a pas été complètement étudiée. Il indique : « DE PLUS, L’AGENCE NATIONALE DES FREQUENCES INDIQUE QUE LE LINKY N’A PAS L’EXCLUSIVITE SUR LES BANDES DE FREQUENCES QU’IL UTILISE ! »

ARCEP

CE QUI SIGNIFIE QU’EN PLUS DES RISQUES INCENDIES, LES RISQUES POUR TOUTES LES PERSONNES PORTEUSES DE PROTHESES QUELLES QU’ELLES SOIENT SONT TRES GRANDS, ET POURTANT CONNUS, A LA FOIS PAR LA PRESENCE DE CES HARMONIQUES, ET AUSSI PAR LE RISQUE DES COUPURES : COMME POUR LA PERSONNE QUI AVAIT UN MATELAS ANTI-ESCARRES ET QUI, PRIVEE D’ELECTRICITE PENDANT DE LONGUES HEURES, AURAIT PU SUBIR DES AGGRAVATIONS DE SA PATHOLOGIE, OU EN MOURIR !

 

8- Que sait-on exactement des interférences possibles avec les différents transports connectés (voitures, camions, cars, trains, avions, drônes), les nanotechnologies en pleine expansion, les sites dits sensibles, très nombreux en Normandie où nous résidons, les hôpitaux ? RIEN !

 

9-De plus, il semble que les compteurs d’eau communicants puissent poser également des problèmes, voir la fuite d’eau gigantesque (1000 litres d’eau) à LA HAYE MALHERBE, alors que ce compteur était justement censé garantir contre les fuites : eau et électricité, encore une incompatibilité majeure. (et sans complexes, on place des antennes-relais sur des châteaux d’eau !!!).

 

10- Relier une ville entière de cette façon avec la smart-grid, augmente d’autant tous les risques énoncés ci-dessus, avec les coupures déjà nombreuses qui deviendront alors une règle avec les voitures électriques mises en charge systématiquement (elles-mêmes, fortement encouragées). Un black out serait d’ailleurs facile dans ce cas, surtout en période « d’état d’URGENCE » !!!

 

11- La fourniture d’électricité devait être « non discriminatoire » pour les « usagers » de la part d’une entreprise à « mission de service public ». Les mots ont été changés d’  « usagers » à « clients » ou « consommateurs », les « compteurs » sont devenus des « capteurs » de la bouche même de Monsieur Monloubou, et tout ceci à l’insu de la grande majorité des citoyens. Certains, n’ayant plus accès à une denrée qui n’est plus à leur portée, se trouvent de facto exclus de ce service, risquent leur vie, et aussi la sécurité des autres car elles pourraient utiliser des méthodes de chauffage aléatoires.

 

12- Le projet étant de plus réputé « évolutif », les plus grandes incertitudes semblent régner. De nombreux professionnels se posent en effet de nombreuses questions sur la précipitation d’un système qui aurait pu remplir toutes ses missions de façon apaisée, en prenant en compte une plus grande partie de la multitude de paramètres impliqués dans cette grande aventure.

CONCLUSION : Un projet motivé surtout par la course de vitesse – dans le cadre d’une profession qui se veut maintenant OPERATEUR de BIG DATA et la surdité totale aux données des domaines associés impactés par une technologie incluant TOUS LES ASPECTS de la vie, de la technologie, de la législation, de l’économie, de l’environnement. Ne connaissent-ils pas les « clouds », le « mind-mapping », la « sémantique générale » ???? NON !

Ils utilisent un langage de « force de vente », un « rideau d’illusions » alors qu’en mettant dans le même chaudron une multitude d’éléments absolument incompatibles, ils préparent un mélange explosif !

ET POURTANT, en retirant les oeillères, en s’ouvrant aux multiples savoir-faire, même dits « alternatifs », ils seraient capables d’atteindre des objectifs réellement fantastiques, ouvrant de réelles perspectives d’harmonie et transition énergétique de PAIX !

 

Un commentaire sur « DOSSIER sur les incendies des Linky (et autres « compteurs » radiatifs) – ARCEP : atteinte à la vie des porteurs d’implants médicaux (en 12 points) »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.