CPL : l’Anses (et enedis) contredits par le CSTB : Next-Up fait la lumière

« On ne comprend pas » est l’expression la plus entendue et la réponse est « C’est étudié pour » ! De la part d’une industrie privée qui se dit « service public », qui affirme à qui veut l’entendre que les compteurs leur appartiennent, et qui, ne pouvant dire que c’est « obligatoire » disent que c’est « indispensable » !

Des organismes officiels composés d’experts issus de l’industrie nous jurent que les expositions sont « très faibles » et les dangers « peu probables » ! Nous voilà renseignés : ils appellent cela de la « pédagogie » car la population n’est pas considérée apte à comprendre des interactions compliquées, pourtant très bien démontrées depuis des décennies par des scientifiques indépendants, EUX !

Une ministre du ministre de l’écologie et de l’économie verte, a d’ailleurs répondu à un Député qui manifestait sa désapprobation des conduites d’enedis et de leurs « partenaires » : exactement les mêmes paroles qu’ENEDIS a fait transmettre à tous les échelons : des petits ingénieurs enedis, aux élus, etc – et encore, elle ânonnait péniblement en lisant son texte auquel elle semblait ne rien comprendre ; il était manifeste qu’elle se débarrassait bien sagement de sa corvée, comme le font certains écoliers.

Ils sont censés faire une « déclaration de conflit d’intérêts » comme si je disais, moi, « je suis diplômé de Polytechnique » et vous demande de me croire sur parole !

DE NEXT-UP

L’ANSES comme toujours, comme toujours, comme toujours ne cesse d’enfumer et ne prend pas en compte la réalité du système connecté Linky comme le rapport du CSTB qu’elle a pourtant commandé qui précise :

Aujourd’hui c’est le rapport du CSTB qui entérine ces constatations et c’est naturellement tout un pan de la com d’ENEDIS qui s’effondre, c’est sans appel car il est écrit notamment page 32 du rapport du CSTB, sic : « Globalement, sur l’ensemble des campagnes de mesures réalisées, les niveaux maximum de champ magnétique généré par les trames de communications Linky sont entre 10 et 250 fois plus élevés que les niveaux de bruit ambiant. »

 

3 – Le CPL ne s’arrête pas au compteur (Linky ou non).

Ce Rapport est aussi un colossal camouflet pour la SA ENEDIS et à son laboratoire dont les extériorisations n’ont cessé depuis des mois d’inonder les médias, les parlementaires et les élus locaux de fausses informations majeures rassurantes et pas des moindres dont : « les fréquences radiatives CPL s’arrêtent aux compteurs Linky et les trames de données ne sont envoyées qu’une fois par jour la nuit, » alors que Bernard Lassus directeur du projet Linky et d’autres responsables de la communication d’ENEDIS savaient évidemment pertinemment depuis toujours que c’était exactement l’inverse !
Ce que n’avait pas prévu ENEDIS, car totalement inusitée, c’est la forte mobilisation en R&D d’organisations environnementales, voire de simples ingénieurs souvent retraités d’EDF qui ont permis de faire évoluer les connaissances sur l’architecture du système de comptage connecté Linky qui nécessite la mise en œuvre de nouveaux types d’appareils de mesures.
4 – L’architecture inédite du système Linky est maintenant bien décryptée

Si la collecte des index des données de consommation (index stockés) a lieu effectivement la nuit entre minuit et 6 heures du matin, par contre le concentrateur interroge aussi successivement de façon permanente tous les compteurs Linky de la grappe (de quelques dizaines en milieu rural à plusieurs centaines en milieu urbain), afin de surveiller l’état général du réseau Basse Tension et détecter rapidement d’éventuelles pannes.
Les compteurs interrogés répondent en transmettant une trame élémentaire très brève de type pulses en fréquences kHz en émissions de signaux cycliques d’une puissance de valeur efficace d’environ 2 V RMS pour Root Mean Squares (la valeur efficace correspond à la valeur d’un courant continu qui produirait un échauffement identique dans une résistance).
C’est donc un phénomène radiatif permanent polluant nouveau et inédit de style ping-pong qui est généré par le système Linky sur tout le réseau électrique, cela peut être vu comme un Bus de communication de tous les objets connectés, dans le cas présent les compteurs Linky, ceci sur le même concentrateur.

C’est donc concrètement non pas un, comme habituellement, mais des centaines de clients d’ENEDIS dont le Linky est raccordé au même Bus CPL.
En conséquence chaque compteur Linky sert de relais de proche en proche pour arriver jusqu’au concentrateur.
Dans ces conditions le problème est que chaque client reçoit ainsi dans le réseau électrique de son appartement toutes les trames pulsées de tous les compteurs Linky de ses voisins et non pas seulement les siennes !

 

5 – La Commission de Régulation de l’Energie avait lancé l’alerte en 2011 !

La CRE acronyme de Commission de Régulation de l’Energie a publié en Juin 2011 un « Dossier de l’évaluation de l’expérimentation Linky », basé sur une évaluation réalisée sur 300 000 compteurs Linky.
La CRE avait conscience que la transmission de la collecte des données par le CPL du Linky étant en mode conduit rayonné, il se propagerait dans tous les appartements via tous les câbles du réseau électrique car ceux-ci font office d’antennes.
On peut lire page 28 du dossier de la CRE concernant la TIC :
 » La transmission des données de la TIC (Télé Information Client) par CPL, qui éviterait la mise en place d’une liaison filaire ou d’un module radio, nécessiterait de mettre en place un filtre dans le compteur, quel que soit la technologie CPL utilisée. Or, actuellement ce type de filtre ne peut pas tenir dans le volume imposé pour le compteur ».

Effectivement un filtre réseau passe bas efficace avec tore en ferrite pour éviter la saturation et des fils de section suffisante ont des dimensions incompatibles avec l’enveloppe d’un compteur standard, donc ne peuvent être intégrés dans un boitier Linky.
6 – Une pratique courante dans tous les projets d’EDF : la fuite en avant et la dissimulation

Ce qui est surprenant c’est qu’EDF a pourchassé pendant des décennies toutes les personnes qui ayant créé un réseau CPL privé devaient obligatoirement installer un filtre en tête de leurs branchements afin d’éviter que ceux-ci ne polluent le réseau électrique Basse Tension.
La réglementation opposable stipule : La mise en œuvre d’un réseau CPL est libre dès lors qu’il se situe derrière le compteur, « sous réserve qu’il n’entraîne aucune nuisance à autrui, auquel cas le matériel doit être retiré ».

Pire par prudence tous les postes de transformation ont été équipés de circuits dits bouchons pour bloquer toutes éventuelles trames des CPL et autres harmoniques ou interharmoniques afin que la sinusoïde de la fondamentale 50 Hz du courant électrique garanti explicitement propre dans le contrat puisse rester propre !

Aujourd’hui que voit-on ? ENEDIS et EDF démontent systématiquement dans tous les postes de transformations du réseau électrique tous les circuits bouchons et en parallèle modifient unilatéralement en catimini les termes des contrats de leurs clients en précisant que « maintenant l’électricité peut comporter plusieurs fréquences ».
Aujourd’hui le courant électrique n’est plus conforme, c’est à dire propre, comme un carburant à la pompe, il y a évidemment non seulement des problèmes de compatibilité avec la majorité des installations électriques existantes qui ne sont pas adaptées (blindées), mais aussi avec les équipements dont le marquage CE ne prend pas en compte ces modifications physiques d’interopérabilité de ce nouveau type d’énergie électrique.

 

7 – ENEDIS n’a plus de crédibilité 

Alors pourquoi la stratégie de la com d’ENEDIS s’est-elle subitement enrayée ?
Tout simplement parce qu’ENEDIS ne voulait surtout pas que les consommateurs découvrent une toute nouvelle pollution en champs proches dans leurs appartements générée par le système de comptage connecté Linky, bien connue notamment aux USA  et qui a très mauvaise presse, la Dirty Electricity ou électricité sale.
D’ailleurs ENEDIS via le cabinet d’avocats spécialisés Alain Bensoussan avait engagé en vain une procédure au civil contre l’organisation afin que le nom Linky ne soit pas associé en dépôt de marque à l’INPI (Institut National de la Propriété Industrielle) a la Dirty Electricity, car sic : « cela pourrait porter un préjudice majeur à la SA ERDF (ex.ENEDIS ».

 

Pendant des années et surtout depuis le lancement du déploiement du Linky fin 2016, c’est une déferlante médiatique de mensonges qu’ENEDIS n’a cessé de diffuser.
Inversement pendant cette même période, en fonction de l’évolution des connaissances grâce à ses ingénieurs extérieurs de la R&D, Next-up organisation n’a cessé depuis plusieurs mois de diffuser des reportages sur la réalité des mesures qui mettaient en évidence les mensonges d’ENEDIS.

Aujourd’hui c’est le rapport du CSTB qui entérine ces constatations et c’est naturellement tout un pan de la com d’ENEDIS qui s’effondre, c’est sans appel car il est écrit notamment page 32 du rapport du CSTB, sic : « Globalement, sur l’ensemble des campagnes de mesures réalisées, les niveaux maximum de champ magnétique généré par les trames de communications Linky sont entre 10 et 250 fois plus élevés que les niveaux de bruit ambiant. »
Next-up organisation a constaté in-situ, notamment à Lyon et Avignon que ces chiffres annoncés par les CSTB sont une fourchette basse, car suivant l’architecture des grappes de Linky ces valeurs peuvent souvent atteindre 1000 à 1500 fois le niveau de bruit de fond ambiant notamment en zones rurales, ce qui n’est absolument pas anodin en terme d’impact sur la santé publique.

 

De facto, même si les termes ne sont pas employés, CSTB valide la LDE acronyme de Linky Dirty Electricity qu’occultait totalement depuis des années ENEDIS dans sa communication média.
N’en déplaise à ENEDIS la Linky Dirty Electricity n’est pas un mythe mais une réalité qui génère sur tout le réseau électrique des appartements une nouvelle pollution PERMANENTE EN PULSES de champs magnétiques artificiels parfaitement mise en évidence dans le rapport du CSTB.

 

 

Publicités

2 commentaires sur « CPL : l’Anses (et enedis) contredits par le CSTB : Next-Up fait la lumière »

  1. EM News , nouveau courant electromagnétique découvert, donc nouveau DAS suplémentaire, le Courant de Spin
    https://www.techno-science.net/actualite/courant-spin-isolant-electrique-N17902.html

    Le satellite DEMETER confimr que les harmoniques 50Hz vont jusque dans l’Espace ( les CPL aussi ? donc notre vie privée aussi ? )
    https://demeter.cnes.fr/

    Etude ICNIRP 2018, les régles d’études sont fixées dés le départ, ( des « zones » a fort DAS ne seront pas étudiées )
    https://www.icnirp.org/en/activities/public-consultation/consultation-1.html

    L’electrosmog augmente,
    les CPL d’une dizaine de linky installés propagent leurs CPL dans toute ma commune,
    d’autres nouveaux types de CPL hors plage de frequences linky (EDF ? ) apparaissent par dizaines…
    les porteuses plus intenses que le 50Hz propagent parfois de signaux ultra-basses fréquences intenses aussi, presque chaques jours pendant des heures…
    Que se « trame-t-il » donc ?
    Qui …. profiterait donc des Linky a propager leurs propres CPL ?
    Les acouphénes sont si intenses que je ne dors plus que 2h /nuit …
    Sortir est synonyme de micro-convulsions…sauf sous la pluie et loin des points géotelluriques a champs ionisés…
    Sa devient insupportable !
    Sortir et s’oxygéner amplifie la sensibilité géotellurique….galére !

    J'aime

    1. Merci pour les documents fournis et ces infos peu connues ! Que se « trame-t-il » donc, en effet ! Nous vivons dans la Culture du Secret. Avez-vous essayé de couper toute l’électricité de votre chambre, au niveau du disjoncteur ? Il reste les tissus anti-ondes – et aussi les filtres CPL : il y a celui-ci : mais je n’ai pas essayé personnellement : FILTRE : http://www.cem-bioprotect.com : entre 150 et 450 euros le « strike » – ne consomme pas – filtre 40 Db
      Déconseiller les équipements actifs –
      Sortie du compteur : déplomber – relier au disjoncteur – en aval du compteur – ils sont sérieux –
      Un électricien – 1 à 2 h de pose –
      Je transmets en tout cas les infos fournies et reviendrai vers vous si j’ai plus d’indications. Une astuce qui soulage un peu les acouphènes : un coton imbibé d’HE de lavande dans l’oreille.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.