Urgence poses forcées, violence à Lawin-Planque : la Société 5COM est dans l’illégalité, les habitants se mobilisent !

A DIFFUSER LE PLUS POSSIBLE ; MERCI

LAU 20

                                      Après le vandalisme à Lauwin-Planque

                  Pourquoi un rassemblement devant la mairie de Lauwin-Planque ?

                 Pourquoi c’est très important de venir nombreuses et nombreux ?

                                  NOUS SOMMES TOUTES ET TOUS CONCERNE.ES

Toutes les personnes victimes de sous-traitant, toutes les personnes qui ne veulent pas du compteur communicant doivent venir. C’est très important pour l’avenir de notre combat dans la région.

Venez avec des banderoles, avec des casseroles … faites bouillir votre imagination. On ne doit pas rater ce rendez-vous.

Communiqué du Collectif anti-compteurs communicants Artois-Douaisis

Rappel des faits en mai

Tout d’abord ce qui s’est passé le 11 mai ; la Voix du Nord en a suffisamment parlé : simulation d’agression, poses forcées, menaces … Une plainte est en cours de déposition. D’autres suivront.

Pour en savoir plus, lire la pièce jointe : Une personne agressée 180511 2

 

Les faits en début du mois de juintoujours à Lauwin-Planque

Premier incident : Pose forcée brutale

Le « partenaire Enedis » a saccagé, détérioré et subtilisé les protections du compteur (tôle et crémaillères en alu, cadenas etc…) chez MM Liétard -74 bis rue de la fontaine. Ce constat a été fait à la demande des propriétaires –absents- par une de leurs connaissances.

5COM a installé le Linky sans autorisation. Pour le sous-traitant, peu importe l’envoi ou pas de lettre recommandée précisant le refus du nouveau compteur ! 5COM a fait également fi des affiches collées sur le compteur :

 « Ici refus du compteur LINKY. Enedis a été informé par lettre recommandée…. destruction interdite de la chaine ou du cadenas sous peine de poursuite

– Refus légal du compteur Linky  art L341-4 code énergie : 6-3CGV

Pose forcée = infraction art 226-4 432-8 code pénal : 544 code civil »

– « Au conseil municipal d’avril 2018, j’ai le soutien du maire Christian Poiret.

« En cas de pose forcée je dois avertir immédiatement le maire et porter plainte au procureur contre Enedis et le poseur » »

– « affiche avec dessin NON au LINKY. »

A noter ceci également :

– le coffret est fixé dans le mur de la maison ; il faut donc entrer dans la propriété pour y accéder (jardinet en façade de la largeur du terrain et de 5m de profondeur environ) ;

– le compteur Linky a été posé sur une plaque en bois à l’intérieur du coffret ;

– il ne reste qu’une barre en alu de sa protection ; tout a été enlevé et subtilisé par l’entreprise sous-traitante de votre entreprise.

Deuxième incident : Habitants menacés et insultés

Les employés sonnent et disent qu’ils ont envoyé un courrier, qu’ils ont donné rendez-vous pour la pose ; la femme et les enfants sont priés, dès l’ouverture de la porte, de les laisser entrer dans la maison pour cette pose du nouveau compteur car il y a un problème sur leur compteur actuel … !!!

La Dame téléphone à son mari ; celui-ci quitte son travail et revient chez lui : il n’a jamais eu de courrier et refuse la pose… s’en suit une altercation et des insultes de la part du sous-traitant (enregistrement à l’appui et photo de l’immatriculation du véhicule : ces photos étant le seul moyen pour connaitre qui est venu en cas de problème…).

Dernière série de problèmes

– Tentative d’intrusion dans un local voué à la démolition dans un an ; tentative échouée, suite au passage d’un habitant.

– Quand il y a pose forcée, il n’y a pas de signature apposée sur le document par le propriétaire ou le locataire du logement : pas de vérification de la relève de l’ancien compteur qui est automatiquement emporté par le sous-traitant.

– Le courrier éventuellement reçu de 5COM ne contient ni adresse ni numéro de SIRET !

Il est évident qu’on ne peut pas accepter ce type de pratiques très variées trop souvent illégales.

C’est pourquoi, nous avons adressé un courrier à Enedis pour demander :

–      La fin des poses forcées

–      La repose des compteurs posés en force

–      La fin du harcèlement, des menaces et de toutes sortes de pratiques inadmissibles

–      Le rappel des règles légales à votre « partenaire Enedis » 5COM … ou à d’autres.

Nous avons aussi demandé une entrevue au maire de la commune, Christian POIRET, par ailleurs président de la Communauté d’agglomération du Douaisis (CAD) et vice-président de département.

Nous appelons à ce grand rassemblement devant la mairie : c’est la première des actions.  Nous ne pouvons pas nous laisser faire.

Venez nombreux

 Pièces jointes supplémentaires :

1.Témoignages

2. Lettre à EnedisValenciennes 180612 V2

3. Lettre à Mr Poiret 180611

  1. TEMOIGNAGES :

A LAUWIN-PLANQUE, le courant passe mal…

Une personne agressée à Lauwin-Planque par 5COM -le sous-traitant d’Enedis…

Cela s’est passé le Vendredi 11 mai 2018 vers 10h dans le secteur de la rue de la Paix.
Deux personnes de 5COM étaient dans cette rue en impasse avec chacun un gros véhicule (faisant office de paravent), bouchant la visibilité des voisins. Ils voulaient poser en force un ou des compteurs.

Voyant cela, Mme Y leur a demandé ce qu’ils cherchaient et leur a indiqué qu’il y a des affiches demandant de ne pas poser le Linky. M. X, un autre voisin,  est venu et a dit qu’il ne voulait pas non plus ce compteur. Par précaution, Mme Y a voulu prendre des photos des véhicules. Ces employés de 5COM étaient mécontents de voir que des photos pouvaient être prises ; le plus mince d’entre eux a pris des photos de la maison et de la voiture de Mme Y : ils avaient le droit de filmer ou photographier, mais Mme Y n’avait pas le droit de prendre des photos !

Puis les deux compères sont partis de cette rue de la Paix en impasse, ont tourné à droite et se sont garés de suite sur le trottoir, tout en guettant dans la rue de la Paix pour voir s’il y avait toujours des personnes dehors dans cette rue.

Dans le secteur de la rue de la Paix, ils avaient changé le compteur chez Mr Z ; et ce malgré l’affiche qui indiquait qu’il refusait la  pose du compteur Linky à son domicile. Il avait laissé son garage ouvert puisqu’il partait pour très peu de temps. Ils sont allés dans le garage et comme le propriétaire n’était pas là pour de nouveau leur dire NON, ils ont posé vite fait le compteur… Ce voisin avait l’EJP ; en tapotant sur le Linky, constat a été fait que l’EJP était désactivé !

A la suite de cela, de ce fait, Mme Y et une autre personne voisine ont voulu voir ce que ces sous-traitants faisaient.

Mme Y conduisait son véhicule ; la passagère avait une tablette pour prendre des photos. Par précaution en cas de problème et au vu de la pose forcée, des photos des véhicules ont été prises avec la tablette.

La conductrice Mme Y a fait demi-tour pour repartir chez elle, mais après avoir fait demi-tour, un des employés, le plus fort,  s’est mis carrément en plein milieu de la route, lui barrant le passage ; la conductrice a dû s’arrêter devant lui ; l’employé a plongé sur le capot du véhicule de Mme Y en donnant des coups de poings. Pour se protéger la conductrice Mme Y  s’est mise à klaxonner pour appeler de l’aide. Elle a eu l’impression qu’il voulait l’arrêter pour récupérer la tablette avec laquelle des photos avaient été prises…

Cette scène a dû certainement être filmée par son collègue ! Une mise en scène organisée… pour imiter le fait que Mme Y aurait pu agresser un employé sous-traitant d’Enedis …  Heureusement pour la conductrice Mme Y,  la scène a été courte car une voiture est arrivée derrière son véhicule : l’employé  a dû se retirer de la route et laisser passer le véhicule de Mme Y et celui qui suivait ; ce qui a donc permis à Mme Y de repartir.

Mme Y n’est pas retournée chez elle  (par peur), s’est garée un peu plus loin et a demandé de l’aide au conducteur qui suivait son véhicule ; celui-ci ne s’est pas arrêté pour l’aider…

Mme Y est repartie (avec la peur d’être rattrapée par l’employé de 5COM) pour se diriger avec sa passagère vers la mairie de Lauwin-Planque. Mme Y s’est garée sur le parking de la mairie et est allée (avec sa passagère) pour relater les faits au maire. La secrétaire a demandé de faire un rapport écrit.

Mme Y voulait signaler les faits d’agression de l’équipe de 5COM et pour indiquer que dans le secteur de la rue de la Paix ils avaient posé de force un compteur Linky ; alors qu’ils étaient déjà passés plusieurs fois, que Monsieur Z disait toujours NON pour la pose de ce compteur et qu’il y avait une affiche sur le coffret « touche pas à mon compteur ».

Mme Y  et sa passagère sont sorties de la mairie, se sont dirigées vers leur véhicule et s’y sont installées. De suite un véhicule est arrivé sur le parking et s’est mis derrière la voiture, bloquant celle-ci à son emplacement de parking en l’empêchant de repartir : il était impossible pour Mme Y de reculer. Mme Y s’est aperçue que c’était un des deux véhicules de « 5COM ». L’employé (le plus fort) est sorti de son véhicule et s’est dirigé vers celui de Mme Y. Il voulait ouvrir la portière de la voiture de Mme Y ; de nouveau Mme Y a pensé qu’il voulait à tout prix essayer de récupérer la tablette numérique… car il y avait les photos des véhicules de 5COM ! … Mais, peine perdue, car Mme Y avait caché la tablette. Lorsque ce même employé de 5COM a voulu ouvrir la portière de Mme Y, elle s’est opposée à cette manœuvre comme elle le pouvait ; l’employé a toutefois réussi à l’ouvrir de 10 cm environ. Mme Y a enclenché sa marche arrière et ce sous-traitant d’Enedis a eu peur pour son véhicule, ce qui a fait qu’il est reparti. 5COM a dû quitter les lieux car Mme Y se remettait à klaxonner pour appeler à l’aide…

Une agression dont se serait bien passée Mme Y.

Mme Y est ensuite allée au commissariat de Douai pour porter plainte. Ils ont pris … une main courante !

5COM est allé ensuite –avec les deux véhicules- dans une autre rue.

Ils ont encore posé un Linky rue Théodore Marichez, chez A, un particulier qui ne voulait pas de ce compteur : LRAR envoyée à Enedis, affiche « Non au compteur Linky » sur celui-ci, etc… Des voisins dans la rue ont signalé à 5COM que ce Monsieur (non présent puisqu’en vacances) ne souhaitait pas la pose de ce compteur. Mais ils l’ont posé quand même… Ils ont même dit à une des deux personnes présentes : « maintenant on pose partout » ! Ils ont ajouté et raconté, en faisant voir des photos, qu’ils avaient été agressés par une Dame qui a foncé sur l’un d’entre eux !

Ils  sont revenus en fin de journée rue de la paix … Ils se sont garés et ont pris des photos de la maison de X,  Tout en disant à la Dame de cette maison : « continuez de faire votre travail, ne vous occupez pas de nous ».  6ème passage de 5COM à son domicile : cela devient du harcèlement ! Il faut savoir que le compteur n’est pas dehors, que la lettre en recommandé a été envoyée et qu’une affiche indique que le compteur Linky n’est pas désiré !

Devant certaines résistances, ils veulent instaurer un climat de peur … pour poser leur Linky.

Ces faits graves de ce vendredi 11 mai 2018 -agressions envers Mme Y et poses forcées ce jour-là du compteur Linky chez Mr Z (rue de la Paix) et Mr A (rue Marichez) dans Lauwin-Planque- ne sont pas les premiers problèmes dans le secteur.

Il faut rappeler qu’ils ont forcé aussi dans un autre secteur de la commune, rue Voltaire. Même genre de méthode boulevard Albert 1er à Douai. Même installation en force à Bruille-lez-Marchiennes. Ce sont des faits que nous connaissons. Il doit y en avoir d’autres du même genre.

Ce n’est pas possible d’en rester là :

–        Il y a déjà eu deux plaintes envoyées à la Procureure de la République de Douai. Plusieurs plaintes sont à l’étude et seront déposées dans les jours à venir.

–        Le maire de Lauwin-Planque va aussi recevoir un courrier.

Il faut rappeler qu’en fin de réunion fin mars 2018, lors du conseil municipal, le maire Monsieur POIRET Christian s’est engagé à demander à Enedis de remettre l’ancien compteur en cas de pose forcée.

D’autres actions sont envisagées car il n’est pas possible de laisser ce genre de situation s’installer et se développer. Ces méthodes sont une atteinte grave et inacceptable au principe même de la démocratie et à la liberté de chaque citoyen.

Il ne faut pas croire que seul 5COM est en cause. Il faut dire qu’Enedis fournit aux sous-traitants des consignes strictes qui ne peuvent qu’inciter les sous-traitants à forcer.

Main courante

Une équipe de deux employés de la société 5COM sous-traitant de la société Enedis se sont présenté chez le voisin pour le changement de son compteur. J’ai voulu prendre une photo de l’immatriculation de leurs véhicules par précaution au cas où il y aurait eu un quelconque litige après leur intervention suite au changement de compteur. Finalement je n’ai pas réussi à prendre la photo comme je le voulais. Un des employés s’est montré tout de suite mécontent envers moi parce que j’avais essayé de prendre une photo de leurs véhicules. Dans le même temps l’autre employé s’est dirigé vers mon habitation et a pris une photo avec son téléphone portable de ma maison et de mon véhicule qui se trouvait devant chez moi. Les deux employés sont ensuite repartis et se sont stationnés un peu plus loin dans la rue. N’ayant pas réussi à prendre la photo, je suis retourné chez moi  pour m’emparer de la tablette numérique  et avec une voisine je suis allée à la rencontre de ces deux employés pour tenter  de prendre les photos des deux véhicules. J’ai alors fait demi-tour pour repartir chez moi et l’à l’un des deux individus, en l’occurrence le plus gros des deux, s’est mis en travers de la route pour me bloquer le passage puis s’est allongé sur mon capot en donnant des coup de poings sur la carrosserie.

L’individu est ensuite descendu de mon capot et j’ai finalement pu repartir avec mon véhicule pour me diriger jusqu’à la mairie, toujours accompagnée de ma voisine. Je me suis donc rendu en mairie où la secrétaire m’a demandé de faire un courrier pour relater les faits. De retour au véhicule, un des véhicule de la société 5COM conduite par le plus gros des deux s’est garé derrière en me collant pour m’empêcher de manœuvrer et me bloquer.

L’individu a tenté d’ouvrir la portière côté conducteur de mon véhicule sans y parvenir. J’ai alors engagé une marche arrière et j’ai entendu l’individu crier « attention mon véhicule ». Il a ensuite ouvert ma portière, sans doute pour tenter de récupérer la tablette numérique. Ne voyant pas la tablette dans la voiture l’individu a laissé tomber puis il est reparti dans son véhicule. Je n’ai suivi aucune violence dans cette altercation, mon véhicule n’a subi aucune dégradation, je n’ai pas été victime d’insulte de sa part. Je vous informe que je m’engage à adresser un courrier à monsieur le Maire d de ma commune afin de relater cet incident. Concernant les véhicules de la société 5COM, il s’agit d’un véhicule de marque RENAULT blanc immatriculé ER-380-GM et d’un véhicule RENAULT KANGOO blanc immatriculé ED-585-NS.
Concernant l’individu qui s’est jeté sur mon capot et qui a ensuite ouvert la portière de mon véhicule, il s’agit d’un homme type européen, 40 ans environ, corpulence forte, 180 cm sans autre précision

Témoignage d’YV

Après être passé rue de la paix, les poseurs ont été dans une autre rue ; pose de force aussi. Les  voisins sont intervenus … ils ont dit, maintenant on pose partout.

Ils ont même ajouté : on a été agressé par une Dame qui a foncé sur mon collègue et ils ont fait voir des photos prises de mon véhicule. C’est comme cela qu’elle a su pour moi que j’ai un problème avec eux.
Je me suis arrêté, c’est lui qui s’est jeté sur mon capot et a tapé dessus. Heureusement qu’une voiture est arrivée et qu’il a dû se retirer de la route et nous laisser passer

Ils sont revenus dans la rue hier en fin d’après-midi. Ils ont pris des photos de chez André Castelli. Alors qu’elle travaillait dans son jardin devant. Sa femme a peur.
Ils harcèlent sans arrêt, même à 8 h du matin ils viennent sonner.
Harceler c’est le mot qu’il faut employer car moi ils m’ont poursuivi pour me faire peur. Puisque je les ai vus arriver et se garer derrière mon véhicule m’empêchant de repartir du parking de la mairie. Près du calvaire, là il s’était mis en plein milieu de la route alors qu’il  n’est pas assermenté. Je ne sais pas ce qui serait arrivé s’il n’y avait pas eu l’automobiliste qui arrivait derrière. Car c’est de là qu’il s’est retiré de la chaussée.

2. LETTRE A ENEDIS VALENCIENNE

Pierre xxx

 

Quiéry-la-Motte, le 12 juin 2018
 

Objet : Incidents survenus à Lauwin-Planque concernant le compteur Linky et la société 5COM

 

Enedis

Mme ou Mr le responsable du service client

67 rue du rempart

59300 VALENCIENNES

 

Madame, Monsieur,

Permettez-moi de vous rapporter plusieurs incidents survenus à Lauwin-Planque et causés par votre partenaire.

Je ne rentrerai pas dans les détails à propos des graves incidents survenus dans cette commune le vendredi 11 mai 2018. La Voix du Nord en a suffisamment parlé : simulation d’agression, poses forcées, menaces … Une plainte est en cours de déposition. D’autres suivront.

Je préfère insister sur ce qui s’est passé dans la première semaine de juin 2108… toujours à Lauwin-Planque.

Premier incident : Pose forcée brutale

Le « partenaire Enedis » a saccagé, détérioré et subtilisé les protections du compteur (tôle et crémaillères en alu, cadenas etc…) chez MM Liétard -74 bis rue de la fontaine à Lauwin-Planque. Ce constat a été fait à la demande des propriétaires –absents- par une de leurs connaissances.

5COM a installé le Linky sans autorisation. Pour le sous-traitant, peu importe l’envoi ou pas de lettre recommandée précisant le refus du nouveau compteur ! 5COM a fait également fi des affiches collées sur le compteur :

– « Ici refus du compteur LINKY. Enedis a été informé par lettre recommandée…. destruction interdite de la chaîne ou du cadenas sous peine de poursuite

– Refus légal du compteur Linky  art L341-4 code énergie : 6-3CGV

Pose forcée = infraction art 226-4 432-8 code pénal : 544 code civil »

– « Au conseil municipal d’avril 2018, j’ai le soutien du maire Christian Poiret. En cas de pose forcée je dois avertir immédiatement le maire et porter plainte au procureur contre Enedis et le poseur »

– « affiche avec dessin NON au LINKY. »

 

A noter ceci également :

– le coffret est fixé dans le mur de la maison ; il faut donc entrer dans la propriété pour y accéder (jardinet en façade de la largeur du terrain et de 5m de profondeur environ) ;

– le compteur Linky a été posé sur une plaque en bois à l’intérieur du coffret ;

– il ne reste qu’une barre en alu de sa protection ; tout a été enlevé et subtilisé par l’entreprise sous-traitante de votre entreprise.

Deuxième incident : Habitants menacés et insultés

Les employés sonnent et disent qu’ils ont envoyé un courrier, qu’ils ont donné rendez-vous pour la pose ; la femme et les enfants sont priés, dès l’ouverture de la porte, de les laisser entrer dans la maison pour cette pose du nouveau compteur car il y a un problème sur leur compteur actuel … !!!

La Dame téléphone à son mari ; celui-ci quitte son travail et revient chez lui : il n’a jamais eu de courrier et refuse la pose… s’en suit une altercation et des insultes de la part du sous-traitant (enregistrement à l’appui et photo de l’immatriculation du véhicule : ces photos étant le seul moyen pour connaître qui est venu en cas de problème…).

Dernière série de  problèmes

– Tentative d’intrusion dans un local voué à la démolition dans un an ; tentative échouée, suite au passage d’un habitant.

– Quand il y a pose forcée, il n’y a pas de signature apposée sur le document par le propriétaire ou le locataire du logement : pas de vérification de la relève de l’ancien compteur qui est automatiquement emporté par le sous-traitant.

– Le courrier éventuellement reçu de 5COM ne contient ni adresse ni numéro de SIRET !

Il est évident qu’on ne peut pas accepter ce type de pratiques très variées trop souvent illégales.

C’est pourquoi, nous vous adressons ce courrier pour vous demander :

  • La fin des poses forcées
  • La repose des anciens compteurs à la place de vos Linky posés en force
  • La fin du harcèlement, des menaces et de toutes sortes de pratiques inadmissibles
  • Le rappel des règles légales à votre « partenaire Enedis » 5COM … ou à d’autres.

Il est bien évident que nous attendons avec beaucoup de patience votre réponse. Dans tous les cas de figures, nous n’en resterons pas là.

Dans l’attente de vous lire, je vous prie de croire à l’expression de mes salutations distinguées.

Pierre ROSE, membre du collectif anti-compteurs communicants Artois-Douaisis

3. LETTRE AU MAIRE, MONSIEUR POIRET

Pour toute correspondance :

Y

 

59553 LAUWIN-PLANQUE

Lauwin-Planque, le 11 juin 2018
 

Objet : demande d’entrevue

Monsieur Christian POIRET

Maire de

LAUWIN-PLANQUE (59)

 

Monsieur le Maire,

 

Lors de la réunion du Conseil Municipal du Mercredi 4 Avril 2018, vous avez précisé (devant les conseillers municipaux ainsi que devant Mme Yvette VENDEVILLE, M Lionel LIETARD et Mme MARTINACHE M Thérèse qui se trouvaient dans l’assistance) que si la société mandatée par Enedis posait de force un compteur chez un des habitants de la commune, vous vous engagez à faire reposer l’ancien compteur en intervenant auprès d’Enedis.

Premier problème de la première semaine de juin 2018

Un habitant de Lauwin Planque est allé à leur demande chez M Liétard Lionel 74bis rue de la fontaine afin de leur confirmer ce qu’une des voisines leur avait signalé. Il a été constaté que le « partenaire Enedis » a saccagé, détérioré et subtilisé les protections du compteur (tôle et crémaillères en alu, cadenas etc…)

5COM a installé le Linky sans autorisation puisque les propriétaires sont partis.

Pour le sous-traitant, peu importe l’envoi ou pas de lettre recommandée !

Par ailleurs, il y avait des affiches : (des photos de l’installation et des lieux ont été prises)

– Ici refus du compteur LINKY Enedis a été informé par lettre recommandée…. destruction interdite de la chaîne ou du cadenas sous peine de poursuite etc…

– Refus légal du compteur Linky  art L341-4 code énergie : 6-3CGV

Pose forcée = infraction art 226-4 432-8 code pénal : 544 code civil

– « Au conseil municipal d’avril 2018, j’ai le soutien du maire Christian Poiret »: « En cas de pose forcée je dois avertir immédiatement le maire et porter plainte au procureur contre Enedis et le poseur »

– affiche avec dessin NON au LINKY

Il faut aussi savoir que :

– le coffret est fixé dans le mur de la maison ; il faut donc entrer dans la propriété pour y accéder (jardinet en façade de la largeur du terrain et de 5m de profondeur environ). Pour y accéder il faut pénétrer dans la propriété.

– le compteur Linky a été posé sur une plaque en bois à l’intérieur du coffret ;

– il ne reste qu’une barre en alu de sa protection, tout a été enlevé et subtilisé par l’entreprise sous-traitante d’Enedis.

Deuxième problème : compteurs à l’intérieur… çà commence…

Les habitants sont menacés par le sous-traitant ! Maintenant les employés sonnent et disent qu’ils ont envoyé un courrier, qu’ils ont donné rendez-vous pour la pose ; la femme et les enfants sont priés dès l’ouverture de la porte de les laisser entrer dans la maison pour cette pose du nouveau compteur car il y a un problème sur leur compteur actuel… !!!

Témoignage à ce sujet : la Dame téléphone à son mari, celui-ci quitte son travail et revient chez lui : il n’a jamais eu de courrier et refuse la pose… s’en suit une altercation et des insultes bousculade de la part du sous-traitant (enregistrement à l’appui et photo de l’immatriculation du véhicule : ces photos étant le seul moyen pour connaître qui est venu en cas de problème…)…

On ne peut que constater que le harcèlement et les insultes deviennent monnaie courante dans ce petit village qui n’est plus aussi paisible…

Dernière série de  problèmes

– Quand il y a pose forcée, il n’y a pas de signature apposée sur le document par le propriétaire ou le locataire du logement. (pas de vérification de la relève de l’ancien compteur qui est automatiquement emporté par le sous-traitant)

– Le courrier éventuellement reçu de 5COM ne contient ni adresse ni numéro de SIRET !

– La pose forcée fin mai chez M REZIG Sad, chez M DEFIVES JC, etc…

– Début juin : La tentative d’intrusion dans un local voué à la démolition dans un an (tentative échouée suite au passage d’un habitant)

Il est évident qu’on ne peut pas accepter ce type de pratiques très variées.

C’est pourquoi, au vu de l’urgence, nous vous adressons ce courrier pour vous demander une entrevue en mairie ce samedi 16 juin vers 10 h. Cette rencontre permettra de recadrer la situation et de nous faire connaître votre point de vue.

Par ailleurs, vu la gravité de la situation, nous allons appeler à un rassemblement devant la mairie samedi 16 juin à partir de 10h.

Dans l’attente de votre réponse, recevez, Monsieur le Maire, l’expression de nos salutations distinguées.

Mme Yvette VENDEVILLE     M. André Castelli     M. Jean Claude Defives     M.

 

 

Publicités