Pourquoi les factures augmentent avec Linky ? Explications techniques

MESURES EN KWH ET EN KVA
Je ne nomme pas l’auteur ne sachant pas s’il souhaite que son nom figure ici.

Puissance = Tension x Courant actif :
P = U x I x cos φ
où « φ » (ou « phi ») est le déphasage du courant par rapport à la tension.

Exemple
Une lampe fluorescente est alimentée sous 220 volts alternatif. Un courant total de 0,3 ampère est mesuré. La lampe comporte un récepteur résistif, le tube lumineux, et un récepteur inductif, le ballast.
Le courant total sera déphasé de φ = 60°. Il est constitué par la somme de la composante en phase avec la tension pour le tube (Iw) et de la composante déphasée de 90° pour le ballast (Ib).


La puissance est donnée par :
P = U x I x cos φ
P = 220 x 0,3 x cos 60°
P = 220 x 0,3 x 1/2
P = 33 watts
C’est la puissance « active » développée par la lampe, celle qui était mesurée par les compteurs d’ancienne génération et facturée au client, ici 0,033 KWh.

Maintenant, vu que le compteur type Linky mesure en KVA, il va prendre en compte dans la mesure la puissance réactive, qui n’a de puissance que le nom et qui n’apparaissait pas auparavant.

La puissance réactive Q est définie par analogie à la puissance active P :
Q = U x I x sin φ
Elle s’exprime en VAr ou VAR, abréviation de « volt-ampère-réactif
« .

Son intérêt (pour les fournisseurs et ERDF) provient du fait qu’elle permet d’évaluer l’importance des récepteurs inductifs (moteurs, lampes fluorescentes, ….) et des récepteurs capacitifs (condensateurs, …) dans l’installation.

Les compteurs récemment installés vont d’ailleurs enregistrer distinctement la puissance réactive inductive et la puissance réactive capacitive.

Exemple
Une lampe fluorescente est alimentée sous 220 volts en alternatif. Un courant total de 0,3 ampère est mesuré. La lampe comporte un récepteur résistif, le tube lumineux, et un récepteur inductif, le ballast.
Le courant total sera déphasé de φ = 60° . Il est constitué par la somme de la composante en phase avec la tension pour le tube (Iw) et de la composante déphasée de 90° pour le ballast (Ib).
La puissance réactive est donnée par :
Q = U x I x sin φ
Q = 220 x 0,3 x sin 60°
Q = 220 x 0,3 x 0.87
Q = 220 x 0,26
Q = 57 VARs
Comme aujourd’hui les fournisseurs d’énergie estiment sur nos factures que 1 KW = 1 KVA, on vient de mesurer 0,057 KVA qui vont s’ajouter aux (0,033 KW = 0,033 KVA), soit une facturation pour 0,090 KVAh, re-traduits en 0,09 KWh… Vous suivez ?
Le rapport entre énergie consommée et énergie facturée est donc dans ce cas le suivant (accrochez-vous…) :
(0,033 + 0,057) / 0,033 = 2,27

Ça veut dire que par rapport à la mesure antérieure, en KWh, la mesure effectuée par Linky va multiplier la consommation par 2,27 pour la même lampe fluo…
NextUp n’est pas si farfelu que ça, n’est-ce pas, « pour quiconque a quelques notions d’électrotechnique ».

 

Publicités