Le monde merveilleux de la smart city et le problème de la sociale-écologie

http://ace.hendaye.over-blog.fr/2019/12/le-monde-merveilleux-de-la-smart-city-et-le-probleme-de-la-sociale-ecologie.html

 

19 décembre 2019

Le monde merveilleux de la smart city et le problème de la sociale-écologie

            Ça a commencé comme ça… Dans les années 70, une grave crise pétrolière. On s’est rendu compte que non seulement les ressources ne sont pas illimitées, mais que ça pollue notre environnement et occasionne des pathologies.

On a aussi pris conscience que l’agriculture productiviste appauvrit les sols, que les pesticides peuvent nous empoisonner, que notre biosphère en pâtit.

Puis dans les années 80-90, sont apparus à la fois la grande vague néo-libérale ET le numérique grand public dont l’internet. L’internet et l’open source nous ont ouvert des horizons communicationnels, un accès élargi à l’information et à la culture – un nouvel espace de liberté pour le plus grand nombre. Le numérique était donc un facteur positif de démocratisation.

 

Vers le milieu des années 2000, l’écologie a gagné la bataille idéologique compte tenu des désastres constatés. Mais c’est à ce moment-là que les lobbies de l’industrie et ceux du numérique se sont alliés pour dire qu’ils résoudront ensemble le problème écologique qui s’aggrave, dont le fameux réchauffement climatique.

   Il est remarquable de voir que les gourous de la Silicon Valley, et leurs émules partout dans le monde, dès lors se mettent tous à militer pour la cause écologique. Ces gens nous veulent donc du bien et le numérique va évidemment aider tout le monde en rendant « plus intelligents » les humains, leurs choses et la planète. Bien sûr, cela dans une économie néo-libérale de privatisations où les services publics sont considérés comme des freins vétustes, même si, un peu partout, là où le numérique privé passe, les services publics trépassent. L’État n’étant plus que l’instrument technocratique de gros et juteux intérêts particuliers qui impose aux citoyens leurs desiderata financiers et marchands au nom de « l’intérêt général ».

Et c’est au moment même où la crise du néo-libéralisme devient patente, que nos technocrates vont envisager la smart city étendue au monde entier pour notre salut comme celui de la planète.

Alors tout s’accélère, on abandonne le filaire pour le DECT ou le wifi, le smartphone se généralise. On tarde pour la fibre, pourtant inventée à Lannion. On ne prend pas conscience que les ondes électromagnétiques s’accumulent dans notre environnement et cela va si vite, de plus en plus vite – 1G, 2G, 3G, 4G, 5G… (les Chinois en sont déjà à la 6G !) – sans que l’on ait le temps de pouvoir mesurer l’impact biologique sur les populations et le monde animal (et même végétal selon des études sérieuses sur le sujet). Ce sont les lobbies industriels (l’ICNIRP internationale et son équivalente française l’ANFR, dirigée par deux anciens de France Télécom) qui fixent les normes et les seuils à ne pas dépasser, c’est-à-dire ceux qui les arrangent, et qui sont en France particulièrement élevés (1000 fois plus qu’à Salzbourg par exemple, et beaucoup plus qu’en Hongrie, Russie et Chine !).

D’où le conflit et le décalage temporel de plus en plus accentués entre la technologie d’une part, vouée au culte du plus performant et du toujours plus vite, qui a tout intérêt à minimiser les effets sur la santé, ET les biologistes et épidémiologistes d’autre part qui sont forcément en retard par rapport aux premiers car les résultats de la recherche prennent du temps.

Aujourd’hui, le système néo-libéral ou ordo-libéral à l’allemande est en crise, de plus en plus contesté, et la crise climatique est universellement reconnue. La question est donc de se demander si la dernière ruse du capitalisme mondial (qui concentre le pouvoir et les profits sur un nombre de personnes de plus en plus limité) n’est pas le projet de la smart city et du tout numérique (Linky/5G). Smart, in English, pour la confiscation de notre capacité de décision confiée à des machines, mais smart est aussi de plus en plus associé dans la langue de Shakespeare américanisé à espionner, surveiller chacun de nos gestes quotidiens par des mouchards intrusifs en raison de la multiplication des smart TV, smart objects, chinese smartphones

 

Lewis Mumford aux USA puis Jacques Ellul en France, figures parmi les plus importantes de l’écologie politique, n’ont pourtant cessé de nous avertir : la technique n’écoute qu’elle-même ; elle détermine notre quotidien plus que le politique et l’économique, influe de plus en plus sur notre santé et notre bien-être. Et elle est si puissante aujourd’hui que nous avons basculé dans un véritable techno-totalitarisme numérique. Car ce système, qui s’auto-engendre vers davantage de complexité et de vitesse, qui n’a cure des problèmes sanitaires qu’il peut engendrer, est aveugle, ne sait pas où il va et ne corrige ses erreurs qu’une fois les dégâts commis – et encore s’il peut les corriger. 

Alors après ça, que reste-t-il de la démocratie, de notre liberté, de notre intimité, de notre libre-arbitre décisionnel devant un tel rouleau compresseur ?

Le malheur aujourd’hui est que nous vivons sous l’emprise d’une véritable sidération du numérique parce que tout est si rapidement fonctionnel, ludique, facile, confortable… et c’est très précisément ce qu’ont voulu les maîtres et gourous de « la Silicolonisation du monde » (Éric Sadin). Quand on voit des foules entières assujetties au mobile, il y aurait de quoi grandement s’inquiéter de cette addiction collective et solipsisme public ! Surtout que le smartphone (constitué de 45 métaux rares dont seulement 17 sont recyclables) pollue plus que l’avion. Mais le plus inquiétant est que tout ceci s’opère de plus en plus sans fil (wifi, wimax, bluetooth…).

Nous sommes sous l’emprise d’une sorte de pensée magico-religieuse qui nous fait croire d’une part que le numérique est dématérialisation, d’autre part que toutes ces transmissions sans fil s’opèrent comme par l’innocuité du Saint-Esprit.

Or il n’en est évidemment rien.

Il n’y a AUCUNE dématérialisation, bien au contraire. La numérisation se traduit par un besoin exponentiel de métaux et terres rares qui conduit à une obésité énergétique. Il faut plus de 17 métaux et terres rares pour les objets numériques courants (baryum, lithium, scandium, tantale, argent, cobalt…) dont 80 % sont exploités en Chine. Il faut savoir que nous n’avons jamais extrait autant de matières et produits fossiles dans le monde que durant ces dernières années puisque, au pétrole et au gaz, nous avons ajouté les minerais et terres rares du monde numérique !

Au fait : que se passerait-t-il si nous en arrivions à avoir un conflit avec la Chine ? Les Japonais ont déjà été victimes de représailles (Le Japon a été en manque de composants électroniques durant un an), les États-Unis ont subi des menaces chinoises dans leur guerre commerciale.

Ces minerais et terres rares sont fossiles et extraits très loin de nos regards dans des situations épouvantables, hyper polluantes, dans des conditions dignes de l’esclavage (qui  induisent même des guerres sanglantes comme au Nord-Kivu) – tout ça pour nos ordinateurs, nos mobiles, nos Linky, nos voitures électriques dont nous savons  que les batteries sont très peu recyclables.

À la pollution/aliénation due au pétrole, ne sommes-nous pas en train d’en superposer une autre dans notre plus grand aveuglement ? Pendant que l’on s’alarme – à juste titre – sur les dégâts et les impasses du monde du pétrole, le pic annoncé de l’effondrement par la collapsologie, est-ce que l’on voit vraiment le tsunami du tout numérique qui est en train de s’abattre sur nous et qui ne peut qu’impliquer une société d’hyperconsommation nécessitant une gabegie d’énergie électrique, en plus d’un contrôle total des populations ? Sur ce point, pas de doute, les Chinois nous montrent la voie.

Il est temps de se poser sérieusement ces questions. Et nous n’entendons pas grand monde se les poser chez nos politiques de toutes les couleurs, verte comprise.

Il faut dès maintenant faire un tri sélectif sévère dans nos usages numériques quotidiens, en plus des autres ; aux écogestes habituels doivent impérativement s’ajouter ceux du numérique. Pour le bien de soi, du voisin, du Vivant et de la planète. Nous sommes désormais tous contraints à la sobriété.

Il faudra bien finir par écouter ces éveilleurs de conscience que sont Guillaume Pitron, Éric Sadin, Philippe Bihouix, Éloi Laurent, entre autres. Éloi Laurent, défenseur d’une sociale-écologie, économiste à l’OFCE, enseignant à Sciences Po et à Stanford, au cœur même de la Silicon Valley à l’origine de notre « nouveau monde » de start-up nations, nous le dit très clairement : « nous nous trompons complètement de transition – il y a une contradiction de plus en plus forte entre la transition écologique et la transition numérique ».

Philippe Bihouix dénonce l’extraction de minerais et de terres rares comme de pétrole à un prix environnemental toujours plus élevé et nous démontre que « les high tech nous éloignent d’un monde durable » et qu’elles ne sont jamais « green ».

            Il faut donc intégrer au plus vite la critique du numérique dans l’écologie en même temps que celle d’un néo-libéralisme à bout de souffle et qui use les peuples. Or si cela se fait chez certains  Verts américains et d’ailleurs, nous ne le voyons pas chez nos Verts nationaux, ou chez de très rares. (Une injection alternative d’un peu de Murray Bookchin dans leurs circuits leur donnerait peut-être plus de verte clarté). À commencer par vouloir bien comprendre que la transition numérique, telle qu’elle est actuellement mise en œuvre, participe au dérèglement climatique plus qu’elle n’aide à le prévenir.

Ce qui résulte de tous ces projets insensés, émanant du plus haut pour le plus grand profit d’une très petite minorité, est que nous, citoyens, n’avons plus la moindre liberté de choix, que tout ceci nous est imposé avec violence par nos politiques à la solde des industriels pour ce qui est en train de devenir un régime mondialisé de hard dictature de capitalisme d’État en Chine et ailleurs, et de soft dictature de capitalisme néo-libéral chez nous, Occidentaux, en décomposition démocratique accélérée, tout particulièrement en France.

 

Association Résistance 5G – Nantes

Branche nantaise des Sociaux Écologistes catastrophés

Nantes1 antilinky5G / 44 contrelinky5G

Groupes Facebook Stop Linky Nantes Métropole

+ Résistance 5G Nantes

DOSSIER Catastrophe Lubrizol Rouen jeudi 26 septembre 2019 VIDEOS & 17 articles

NB – Tout en bas, le « projet » « éco-quartier » Flaubert à côté de Lubrizol appelé : LINKCITY ! sic !!!!

1 POURQUOI LE SILENCE ET LES SECRETS ? INSTRUCTION DE L’ETAT !

INFORMER SERAIT UN RISQUE TERRORISTE ! Communiqué Lubrizol n°1

Reportage photos et vidéo ci-dessous

Communiqué Lubrizol n°1

http://www.robindesbois.org/comment-le-secret-sest-abattu-sur-les-usines-seveso/

EXTRAIT « La carence d’informations sur les matières dangereuses impliquées dans l’incendie de l’usine Lubrizol de Rouen découle de l’instruction du gouvernement du 6 novembre 2017 relative à « la mise à disposition et aux conditions d’accès des informations potentiellement sensibles pouvant faciliter la commission d’actes de malveillance dans les installations classées pour la protection de l’environnement ». Cette instruction a été vivement critiquée par le représentant de Robin des Bois au Conseil supérieur de la prévention des risques technologiques (CSPRT) quand elle a été présentée à la séance du 5 septembre 2017. Immédiatement après cette réunion, Robin des Bois a publié un communiqué intitulé « L’Instruction omertante » et qui se concluait ainsi: « Sous le couvert de la lutte contre le terrorisme, l’État démantèle la culture collective de sécurité et le droit de chacun à savoir où il met les pieds et les poumons ».
Lire la suite « DOSSIER Catastrophe Lubrizol Rouen jeudi 26 septembre 2019 VIDEOS & 17 articles »

Compteurs Linky, les questions que se posent les usagers

https://www.humanite.fr/compteurs-linky-les-questions-que-se-posent-les-usagers-656880

RAPPELS IMPORTANTS A VOIR EN FIN D’ARTICLE

Lundi, 17 Septembre, 2018     Daniel Roucous

A-t-on vraiment le droit de dire non aux compteurs Linky ? C’est la question et bien d’autres que se posent de plus en plus d’usagers et d’élus locaux.

1.- Peut-on refuser de remplacer son compteur par un Linky ?

Le dispositif légal réglementant le déploiement des compteurs Linky ne prévoit pas le consentement des usagers. La seule obligation pour Enedis est d’envoyer un courrier aux abonnés (locataires des lieux ou propriétaires) concernés 45 jours avant la date du rendez-vous pour procéder au changement de compteur. Et pas question d’accepter des rendez-vous par téléphone, SMS, mail ou avant ce délai (pratique hélas courante et illégale d’Enedis et ses sous-traitants). Cela permet aussi d’être présent le jour J notamment pour celles et ceux dont le compteur est à l’extérieur.

En HLM, selon « la plupart des bailleurs sociaux facilitent le déploiement des compteurs Linky sans demander l’avis des locataires alors que bon nombre refuse. »

Ce délai de 45 jours laisse du temps à toutes personnes qui refusent de changer son compteur par un Linky de :

 

Lire la suite « Compteurs Linky, les questions que se posent les usagers »

Spécialiste des Transmissions résume les problèmes du système linky – et suite sur les voitures électriques

LETTRE D’UN SPECIALISTE DES TRANSMISSIONS

Si ça vous intéresse….une très longue lettre qui éclaircit un peu les choses…..sur le système afférent aux nouveaux compteurs….dits intelligents…elle émane d’un ancien technicien très haut placé dans une grande firme………..
comme pour amener de l’eau à mon moulin lisez donc ce qui suit……..
CHAPITRE 1
je n’ai que l’avantage de mon âge et de ma carrière au service exclusif des populations alors que ce que je constate aujourd’hui c’est la mise en place d’une prédation de la masse de la population, dans tous les domaines par les acteurs industriels avec la complicité d’élus et de gouvernants, incompétents, naifs ou corrompus ou les trois à la fois.
Avec l’affaire du système Linky nous dépassons la science-fiction et 1984 de Georges Orwell.
– Il s’agit pour un industriel qui a été un grand service public de s’approprier les données de l’ensemble des habitants de notre pays, à part quelques exceptions ultramarines. Et de devenir un opérateur mondial de Big Data. Ce n’est pas mon fantasme, cela figure en toutes lettres dans la convention avec l’ADEME, page 6. Si vous la lisez, vous verrez qu’on parle de l’intérêt pour tous les acteurs de la filière électrique mais aucune allusion à celui du consommateur. Tous ces grands organismes considèrent le marché des données comme l’or noir du 21ième siècle. Autrement dit, nous sommes des mines à exploiter !
A tel point qu’EDF vient de créer une filiale dédiée au traitement des données.
– On nous présente cette opération sous couvert de la transition énergétique en parlant d’économies d’électricité or rien que pour alimenter les gros consommateurs que sont les centres de données il faudra plusieurs centrales nucléaires.

Lire la suite « Spécialiste des Transmissions résume les problèmes du système linky – et suite sur les voitures électriques »

« Linky, un gaspillage de 8 milliards », article du journal « Le Monde »


https://inovee.fr/2017/10/19/linky-un-gaspillage-de-8-milliards-article-du-journal-le-monde/

Nous reprenons l’information publiée dans le blog https://sainthilairelocean2020.com/

Patrice Cahart, inspecteur général des finances honoraire, signe l’article suivant dans le journal « Le Monde » du 6 octobre 2017

Lire la suite « « Linky, un gaspillage de 8 milliards », article du journal « Le Monde » »

Voiture électrique : « c’est POUR économiser l’électricité » – Vraiment ?

Alors que la propagande pour les voitures électriques semble stupéfiante en ces temps où la pénurie de production électrique  devient un très grave problème de l’aveu même de commerciaux Enedis,* nous venons d’en comprendre les motivations réelles !

*(craintes concernant les centrales nucléaires – surconsommation des industries et richissimes encouragés par le marketing outrancier).

Non pas pour réduire les émissions de CO2, car les industries produisant ou utilisant l’électricité encouragent toujours une explosion de surconsommation, MAIS DANS LE BUT de venir se servir dans les batteries de voitures pour tenter de rééquilibrer, en cas de besoin, la production et la consommation !

Lire la suite « Voiture électrique : « c’est POUR économiser l’électricité » – Vraiment ? »

Linky et (fausse) « transition énergétique »…pour le pire, à venir…..Monloubou l’a dit « Ce n’est que le début » !

Des échanges de courriers apportent ce texte d’un correspondant d’une autre région :

1) La Commission de régulation de l’énergie a pondu un rapport « Délibération de la Commission de l’énergie du 2 Juillet 2014 portant projet de décision sur le cadre de régulation incitative du système de comptage évolué d’ERDF dans le domaine de tension BT < ou égal à 36 KVA. »

Ce rapport peut être trouvé sur: http://www.cre.fr/documents/deliberations/decision/comptage-evolue-erdf/consulter-la-deliberation

L’analyse de ce texte par le CLER, (Réseau pour la Transition Énergétique) dit entre autres :

« Le financement de Linky prévoit une «sur-prime» pouvant aller jusqu’à 1,1 milliards d’€ de plus que si ce projet avait été financé comme un investissement classique d’Enedis. L’obtention de cette prime est conditionnée au respect d’éléments définis par… Enedis ! 
La rémunération du distributeur est beaucoup trop élevée par rapport aux risques effectivement pris par l’entreprise, qui sont très faibles puisque l’on sait par avance que le financement sera dans tous les cas assuré par les clients finaux, quitte à augmenter le TURPE si nécessaire. Ce phénomène est aggravé par l’investissement supplémentaire à rémunérer que constitue le projet de Linky lui-même.

Lire la suite « Linky et (fausse) « transition énergétique »…pour le pire, à venir…..Monloubou l’a dit « Ce n’est que le début » ! »

Justice – Des plaintes contre le compteur Linky déposées ce jeudi à Dijon

jeudi 20 avril 2017 à 11:08 Par Christophe Tourné, France Bleu Bourgogne

https://www.francebleu.fr/infos/faits-divers-justice/des-plaintes-contre-le-compteur-linky-deposees-ce-jeudi-dijon-1492671487

Lire la suite « Justice – Des plaintes contre le compteur Linky déposées ce jeudi à Dijon »

ETUDE GLOBALE ORDINATEURS LINKY

Ce sont bien des ordinateurs, puisqu’ils ont une adresse IP et une carte SIM.

 1 – ANALYSE TECHNICO-FINANCIERE

 

Selon la directive européenne n° 2006/32 CE du 5 avril 2006, les compteurs individuels ne doivent être déployés que si cela est :

  • techniquement possible ,
  • financièrement raisonnable et
  • proportionné compte tenu des économies d’énergie potentielles.

Lire la suite « ETUDE GLOBALE ORDINATEURS LINKY »

FAILLES des compteurs communicants linky – gaz et eau

1-Disjoncteur (breaker) unipolaire qui ne coupe que la phase : faille d’une véritable homologation –

2-Nature du coffret en plastique : faille d’homologation –

3-absence de blindage

4- Effet JOULE (thermique): créé par le rajout d’un courant RF dans le réseau (signal CPL BF ici) dont la faille commencerait par la carte mère (du linky)… CPL : courant porteur en ligne : qui transporte les ondes collectrices d’informations ; BF : Basses fréquences.

5-Dossier de certification CE demandé par Next-Up  sans succès

Lire la suite « FAILLES des compteurs communicants linky – gaz et eau »