VIDEO : Actions en Justice : Maud Bigand commente et encourage ! Rappel sur la plateforme pour procédures gratuites pour les EHS

Lire la suite « VIDEO : Actions en Justice : Maud Bigand commente et encourage ! Rappel sur la plateforme pour procédures gratuites pour les EHS »

Linky, l’onde de trop : des études montrent que les ondes CPL du compteur Linky augmentent le risque de cancer, de diabète, d’hyperactivité et plus

https://www.sante-nutrition.org/linky-londe-de-trop-des-etudes-montrent-que-les-ondes-cpl-du-compteur-linky-augmentent-le-risque-de-cancer-de-diabete-dhyperactivite-et-plus/

Ce compteur Linky fait l’objet d’une contestation grandissante de communes, de citoyens organisés en collectifs et même au niveau de la Cour des Comptes qui a indiqué dans son rapport de février 2018 que ce dispositif est « coûteux pour le consommateur mais avantageux pour Enedis, et dont le financement est assuré par les usagers ». Des actions collectives juridiques protestent également sur différents points reprochés à ces compteurs dits « intelligents » : données récoltées par Enedis, incendies de compteurs rapportés par la presse, pannes diverses, coupures de courant, factures qui s’envolent et pollution électromagnétique.

Le compteur Linky, en plus de ses activités de comptage des consommations, est un dispositif numérique doté d’une carte SIM et de l’antivirus Java, l’un des moins fiables, ainsi que d’une pile au lithium. Il superpose sur nos lignes électriques à 50 Hz, un Courant Porteur en Ligne (CPL) par ondes pulsées (ou trames) variant entre 10 kHz et 95 kHz (mais « évolutives ») afin de transporter et échanger des données fines de consommation de l’ensemble des compteurs Linky reliés au transformateur de quartier. Le quartier devient donc un véritable réseau informatique, subissant des variations de la tension électrique par ces échanges de données, sous forme de pics brefs mais incessants de l’ordre de 15 000 va-et-vient par seconde pour une modulation haute fréquence à 15 kHz, par exemple.

Si le CPL est utilisé pour certaines connexions ainsi que pour le système HC/HP des chauffe-eau électriques, il entraîne par son utilisation massive un surcroît d’interférences électriques hautes fréquences, phénomène connu du monde industriel sous le nom de Hautes Fréquences Transitoires, HFT.  Ce sont des interférences électromagnétiques, des éclairs invisibles à l’œil nu qui viennent parasiter le courant 50 Hz circulant dans les fils, les lignes et les câblages électriques.

L’exposition aux HFT (hautes fréquences transitoires) est de plus en plus massive

En plus du CPL domestique, le déploiement des « compteurs communicants » comme le Linky renforce encore l’exposition à ces HFT, ou « électricité sale », ou « dirty electricity », polluée et traversée d’une multitude d’interférences, de grésillements, de bugs, d’infimes courts-circuits.   « Ces ondes sont générées par divers appareils : gradateurs d’éclairage, moteurs électriques à vitesse variable, lampes halogènes ou fluocompactes, téléviseurs plasma, ordinateurs, photocopieuses, etc, ainsi que par divers problèmes électriques -, mise à la terre déficiente, arcs électriques causés par de mauvaises connexions et difficultés avec les transformateurs ainsi que les lignes de transmission et de distribution ».  Tel est le portrait-robot des HFT brossé dès 2008 par la revue québécoise La Maison du 21e siècle.

Les interférences ou parasites électriques naissent du passage d’un courant instable et fluctuant. Ce sont par exemple les parasites que l’on peut entendre sur une télé ou une chaîne hi-fi lorsqu’un autre appareil fonctionne à proximité. Ces émissions variées et variables interagissent.

 

Mesure des HFT

Ces surtensions incessantes sont sources de micro-émissions électromagnétiques, naturellement captées par les câblages et les systèmes des appareils alentour. Plus il y a d’appareils en fonctionnement, plus la quantité d’interférences augmente et leurs harmoniques polluantes également.

Loading…

Ces multiples variations sont si nombreuses qu’elles ne sont pas perceptibles par les instruments utilisés habituellement : par exemple, les ampoules fluocompactes injectent près de 20 000 impulsions par seconde qui interagissent.

Martin Graham, professeur émérite de génie électrique de l’université de Berkeley en Californie a inventé un appareil qui permet de mesurer la densité des parasites HFT : le MicroSurge Meter II. Branchée dans une prise électrique, la sonde mesure le nombre de parasites HFT émis dans la gamme des 4 à 150 kHz et exprime cette mesure par une valeur comprise entre 0 et 1999 unités Graham-Stetzer (GS).

En matière de santé publique, les HFT posent un sacré problème, carrément suspectées d’être des agents « cancérigènes universels » par les auteurs de l’une des études pointant explicitement l’impact des HFT sur la santé.

Périls en la demeure

Neuf fois plus de cancers de l’utérus que la norme, dix fois plus de mélanomes malins, treize fois plus de cancers de la thyroïde… Telles sont les sinistres statistiques du triste record établi à l’école de La Quinta, en Californie, où seize enseignants sur 137 – c’est-à-dire un enseignant sur neuf – ont été touchés par 18 formes de cancer entre 1988 et 2005. Soit trois fois plus que le taux de cancer observé dans la population en général. Pour Samuel Milham et Lloyd Morgan, les deux auteurs de cette étude épidémiologique parue en mai 2008 dans l’American Journal of Industrial Medicine, l’apparition des trois cancers de la thyroïde, de la peau et de l’utérus est fortement corrélée à l’exposition à des niveaux très élevés de HFT.

Ainsi, dans 13 des 52 salles de classe de La Quinta, les HFT des prises dépassaient les 1999 GS affichés par le MicroSurge Meter II, contre un niveau moyen de 750 GS au sein des autres classes. Là, après une seule année passée dans l’une de ces classes où les HFT dépassaient les 1999 GS, le risque de cancer augmentait de 26 %. « Près de 70 % des enseignants qui ont travaillé plus de 10 ans dans une des 13 salles problématiques ont fait un cancer, un taux 7 fois plus élevé que la norme. Les résultats de l’étude furent aussi corroborés par une analyse indépendante effectuée par deux chercheurs de l’Ecole de santé publique de l’université de Pittsburgh », résume André Fauteux dans son article de La Maison Saine du 21e siècle.

De son côté, en 2003, « La chercheure Magda Havas, qui donne un cours sur les effets biologiques des champs électromagnétiques à l’université Trent en Ontario, a étudié l’impact de 50 filtres Stetzer posés à l’insu du personnel et des étudiants de l’école Willow Wood de Toronto, rappelle également André Fauteux. Trois semaines plus tard, les enseignants étaient moins fatigués et irritables et ils éprouvaient moins de maux de tête et autres douleurs. De plus, les écoliers étaient plus calmes et concentrés. Le Dr Havas a aussi remarqué que ces filtres avaient un effet équilibrant sur la glycémie des diabétiques et qu’ils réduisaient également les symptômes – respiratoires, musculo-squelettiques, neurologiques, gastro-intestinaux et dermatologiques – d’hypersensibilité électromagnétique. » (source)

Les HFT, agent cancérogènes universels ?

De nombreuses autres études sur les effets sanitaires ont démontré les risques de cancers et nombreuses autres pathologies, et même explicité les mécanismes qui perturbent notre système vital.

En 1987, une étude EDF, Hydro-Québec et Ontario Hydro du nom des trois opérateurs électriques qui l’ont financée a été lancée. Elle a été signée par onze coauteurs, dont deux membres d’EDF, deux membres de l’Inserm Paris, et coordonnée par le docteur Gilles Thériault de la faculté de médecine de l’université McGill à Montréal. Cette étude a suivi plus de 223 000 salariés (dont 170 000 employés d’EDF) sur une période comprise entre 1970 et 1989.

Leucémie : l’étude a montré deux risques statistiquement significatifs pour la leucémie aiguë non lymphoïde et la leucémie myéloïde aiguë. Ces risques sont doublés chez les salariés dont l’exposition moyenne annuelle dépasse 200 nT (nanoTesla). Un autre risque de cancer inattendu, celui du cancer du poumon. Risque plus que triplé dans le sous-groupe de salariés le plus fortement exposé aux hautes fréquences transitoires !

Ce lien entre l’exposition aux HFT et le cancer du poumon, 6 à 7 fois plus élevé que la normale et distinct de tout autre facteur (dont le tabac), fit l’objet d’une vive polémique lors de sa parution dans un article et signa la fin du financement de cette recherche.

Une convergence significative des études et appels de chercheurs, médecins, Professeurs

D’après les conclusions du rapport Bioinitiative 2012, 1800 études prouvent les dangers des champs électromagnétiques :

  • Anomalies de transcription des gênes
  • Génotoxicité et dommages sur l’ADN
  • Neurotoxicité
  • Impacts forts sur la morphologie et la fonction du sperme chez l’humain et l’animal
  • Impact sur le développement du cerveau et de la boîte crânienne de la progéniture d’animaux exposés pendant la gestation
  • Facteur plausible de l’autisme
  • Risques pour la barrière hémato-encéphalique
  • Elévation du risque de cancer du cerveau
  • Diminution de la production de mélatonine pouvant entraîner le cancer du sein
  • Facteur de risque dans la maladie d’Alzheimer
  • Rendent les toxines chimiques plus dangereuses

Un article de la Dr Sandra Perlingieri paru sur Global Research et signé par une quarantaine de médecins et chercheurs montre les impacts sérieux sur la santé de l’exposition au rayonnement électromagnétique sans fil :

 

Lire la suite « Linky, l’onde de trop : des études montrent que les ondes CPL du compteur Linky augmentent le risque de cancer, de diabète, d’hyperactivité et plus »

180 scientifiques et médecins lancent une alerte planétaire sur la 5G

Lire la suite « 180 scientifiques et médecins lancent une alerte planétaire sur la 5G »

SANTE : Robot pour les pauvres, contact humain pour les riches

http://www.slate.fr/story/176253/robot-medecin-deshumanisation-inegalites-ecran-pauvres

Titiou Lecoq — mis à jour le 26 avril 2019 à 12h12

Il faut s’interroger sur la nature d’un monde où c’est un écran qui annonce à un malade qu’il va mourir.

robots pour les pauvres humains pour les riches alessio-ferretti-747215-unsplash

Partager sur Whatsapp

C’est l’histoire d’un vieux monsieur de 78 ans qui est à l’hôpital aux États-Unis.

Il a un problème pulmonaire, il sait que ça ne va pas fort. Le matin, il a vu un médecin qui lui a dit que le pronostic n’était pas bon. Là, il est avec sa petite-fille et un autre médecin vient lui parler. Scène classique à un détail près: le médecin n’est pas physiquement là. Il lui parle via un écran porté par un robot. Et le médecin-écran-robot lui annonce qu’il ne lui reste plus que quelques heures à vivre. Le patient ne comprend pas bien, il n’est pas sûr d’avoir entendu et c’est sa petite-fille qui doit lui répéter ce que la transmission vidéo vient de lui dire.

La scène a eu lieu en mars dernier. La petite-fille, sous le choc, en a filmé une partie et a lancé un appel sur Facebook pour dénoncer cette pratique.

robot médecin 53423804_2798396766885258_1763934362568491008_n

 

Il y aurait beaucoup à dire sur l’emploi de ces technologies dans le domaine médical. Il y a d’énormes avancées incontestables. Il ne s’agit pas de jeter à la poubelle toutes les innovations mais de se rappeler qu’il ne s’agit que d’outils et que c’est nous qui décidons de la société dans laquelle nous souhaitons vivre, ce que nous voulons ou pas déléguer à des machines. La pente devient dangereuse quand ces outils servent à pallier un manque de moyens financiers et humains.

 

En France, vingt-cinq services d’urgence de l’AP-HP sont actuellement en grève illimitée. Un gouvernement pourrait facilement faire le calcul que mettre des robots permettra de faire des économies et d’améliorer le rendement. Ce n’est évidemment pas ce que demandent les personnels soignants, qui veulent les moyens de faire correctement leur travail par eux-mêmes. Il s’agit fondamentalement d’un choix de société. Il faut s’interroger sur la nature d’un monde où c’est un écran qui annonce à un malade qu’il va mourir. Quel degré de déshumanisation sommes-nous prêts à accepter au nom de restrictions budgétaires?

À LIRE AUSSI Les sept métiers que les robots intelligents vont nous prendre en premier

 

L’écran pour seul horizon

Dans le New York Times, Nellie Bowles, journaliste tech, part de l’histoire de ce monsieur et va plus loin, mettant en lumière une forme d’inégalité inédite. Au début, les outils numériques étaient un signe de richesse. Dans les années 1980, posséder un ordinateur chez soi était un marqueur d’une certaine classe sociale. Être connecté également. À l’époque des bipeurs (les pageurs), on montrait qu’on était indispensable, qu’on était demandé, donc qu’on avait une valeur particulière. Et puis, les choses se sont inversées. Maintenant, être puissant c’est pouvoir ignorer les coups de téléphone, ne pas répondre immédiatement à un mail. C’est se déconnecter.

Le numérique qui était un truc de riche devient un truc de pauvre. Pas assez de moyens dans une école? Il n’y a qu’à y mettre des écrans. Pas assez de moyens dans un hosto?

Hop, un médecin-écran. On va pouvoir automatiser les maisons de retraite avec des robots, ça coûtera moins cher. À l’inverse, dans une maison de retraite de luxe, on aura toujours une foule d’êtres humains pour s’occuper des pensionnaires. Idem dans un hôpital privé, on aura un médecin en chair et en os pour nous informer. Et de plus en plus d’écoles privées se targuent déjà d’être sans écran.

On va donc aboutir à une situation que Nellie Bowles qualifie de «luxurification de l’engagement humain». Un contact humain devient un luxe. La texture même de la vie va devenir profondément différente selon si vous êtes riche ou pauvre, selon que vous la vivrez IRL ou via des écrans. Les pauvres seront entourés de robots et d’écrans, que ce soit au début de leur vie ou à la fin, alors que les riches pourront se payer des contacts humains. D’ailleurs, les pauvres pendant leur vie active obéiront à des machines comme c’est déjà le cas des micro-travailleurs. L’horizon de leur expérience sera celle de l’écran.

À LIRE AUSSI Inscrire dans le Code du travail le digital labor

L’humanité deviendra alors une richesse, au sens financier. On pourra quantifier combien vaut un contact humain versus un contact avec un écran. Nous avons déjà un rapport comptable à la nature que l’on perçoit comme une valeur extérieure à nous, une ressource, quelque chose de quantifiable. Même quand il s’agit de la préserver, c’est dans un but utilitariste, parce qu’elle nous apporte des bienfaits. De plus en plus, il semblerait qu’on va réussir à faire de même avec ce qui fait ce que nous sommes: l’humanité. L’humanité deviendra un bien quantifiable que seules certaines personnes pourront se payer.

VOIR AUSSI : stoplinky76320.wordpress.com/2019/04/30/robots-disparition-de-lemploi-humain-et-le-projet-societal-que-representent-les-compteurs-intelligents-precurseurs-de-la-puce-rfid/

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lire la suite « SANTE : Robot pour les pauvres, contact humain pour les riches »

AGENDA 21 : VIDEO sous-titrée : Une experte juridique analyse les véritables projets dénommés « smart » (cities, linkies, etc) sous couvert de « développement durable » ou de « transition écologique ».

Sous couvert d’ « ECOLOGIE » que peut-on comprendre des intentions de « dématérialisation » de l’Humain, d’ « Augmentation de l’Humain », avec des grilles, des réseaux, des antennes nous  assujetissant de plus en plus, à grands pas vers la terrible 5 G ?

Il s’oppose aux techniciens qui viennent pour la 3e fois poser les compteurs Linky et fait un AVC

https://www.nicematin.com/vie-locale/il-soppose-aux-techniciens-qui-viennent-pour-la-3e-fois-poser-les-compteurs-linky-et-fait-un-avc-303506?t=Zjg4MTdhYjQ0YTk5NTFkMjU3NTFhNGM0NGEzMjJiMDhfMTU1MTc3MTg5MjM1N18zMDM1MDY%3D&tp=viewpay

Les habitants de la résidence Saint-Roch de Vence s’étaient déjà opposés à ces compteurs électriques.

« C’est la troisième fois qu’ils viennent. Cette fois encore, les employés d’OK Service ne voulaient pas partir sans avoir posé des compteurs Linky dans notre résidence, alors que plusieurs d’entre nous leur répétaient à nouveau que nous n’en voulons pas. Mais cette fois, un résident a fait un AVC « , déplore Brigitte Huré, habitante de la résidence Saint-Roch à l’Ara à Vence.

Nicolas, un autre occupant, confirme : « A notre connaissance, un seul habitant de la résidence a dit oui par oral, mais pas par écrit. La plupart d’entre nous ont même refusé par lettre recommandée. A chaque fois qu’ils viennent, on leur dit qu’on n’en veut pas. La première fois, je pense qu’ils faisaient une reconnaissance. Je leur ai demandé ce qu’ils venaient faire, ils sont aussitôt repartis. La deuxième, ils étaient revenus avec des Linky. Je leur ai dit non. Ils ont fini par repartir. Cette fois, j’ai discuté dix minutes avec l’installateur. Je lui ai aussi dit qu’ils n’avaient pas à se garer sur une place résident. Régis, un autre habitant de la résidence, est arrivé. Sa porte d’entrée est juste à côté de l’armoire à compteurs. Il a parlé avec lui. A un moment, l’employé d’OK Service lui a dit ‘‘Monsieur, je n’aime pas votre ton’’. Régis est rentré chez lui. Mais quelques minutes après, son épouse est venue me chercher en me disant qu’il faisait un accident vasculaire cérébral ».

 » Il est DRH dans une grande société. Je ne l’ai jamais entendu dire un mot plus haut que l’autre, s’étonne Brigitte Huré. Quand je suis arrivée, les pompiers étaient là, mais l’installateur était resté devant la porte, avec son compteur ! Il a fini par repartir ».

Un arrêt municipal suspendu par le préfet

« Ils vont certainement revenir. Mais il y a toujours au moins un occupant dans la résidence et dès que quelqu’un arrive ici, on l’entend. »

Lire la suite « Il s’oppose aux techniciens qui viennent pour la 3e fois poser les compteurs Linky et fait un AVC »

ANSES FIABLE ? Round-up, Linky, même combat ?

https://www.20minutes.fr/justice/2423675-20190115-videolyon-justice-annule-autorisation-mise-marche-round-up-pro-360

La décision de l’ANSES, autorisant la mise sur le marché de cet herbicide à base de glyphosate commercialisé par Monsanto, vient d’être annulée par le tribunal administratif de Lyon…La justice fait valoir le « principe de précaution

Un produit potentiellement cancérigène, estime le tribunal

Pour justifier sa décision, le tribunal met en avant la dangerosité potentielle du produit pour l’homme. Même si l’Union européenne autorise le glyphosate, « le tribunal a estimé que les études scientifiques et les expériences animales montraient que le Roundup Pro 360 est un produit potentiellement cancérigène pour l’homme », indique la juridiction lyonnaise.