DOSSIER Catastrophe Lubrizol Rouen jeudi 26 septembre 2019 VIDEOS & 17 articles

NB – Tout en bas, le « projet » « éco-quartier » Flaubert à côté de Lubrizol appelé : LINKCITY ! sic !!!!

1 POURQUOI LE SILENCE ET LES SECRETS ? INSTRUCTION DE L’ETAT !

INFORMER SERAIT UN RISQUE TERRORISTE ! Communiqué Lubrizol n°1

Reportage photos et vidéo ci-dessous

Communiqué Lubrizol n°1

http://www.robindesbois.org/comment-le-secret-sest-abattu-sur-les-usines-seveso/

EXTRAIT « La carence d’informations sur les matières dangereuses impliquées dans l’incendie de l’usine Lubrizol de Rouen découle de l’instruction du gouvernement du 6 novembre 2017 relative à « la mise à disposition et aux conditions d’accès des informations potentiellement sensibles pouvant faciliter la commission d’actes de malveillance dans les installations classées pour la protection de l’environnement ». Cette instruction a été vivement critiquée par le représentant de Robin des Bois au Conseil supérieur de la prévention des risques technologiques (CSPRT) quand elle a été présentée à la séance du 5 septembre 2017. Immédiatement après cette réunion, Robin des Bois a publié un communiqué intitulé « L’Instruction omertante » et qui se concluait ainsi: « Sous le couvert de la lutte contre le terrorisme, l’État démantèle la culture collective de sécurité et le droit de chacun à savoir où il met les pieds et les poumons ».
Lire la suite « DOSSIER Catastrophe Lubrizol Rouen jeudi 26 septembre 2019 VIDEOS & 17 articles »

Un expert en radiation previent que la 5g est une catastrophe mondiale VIDEO

https://www.sante-nutrition.org/un-expert-en-radiation-previent-que-la-5g-est-une-catastrophe-mondiale/

Un activiste de premier plan sur la question des rayonnements électromagnétiques et de leurs impacts négatifs sur la santé publique a décrit le déploiement de la 5G comme une « expérience sanitaire de grande envergure » qui pourrait « devenir une catastrophe mondiale ».

Arthur Robert Firstenberg est un défenseur reconnu de la réduction du développement des réseaux 5G aux États-Unis et dans le monde, affirmant que le très haut débit pourrait provoquer le cancer chez l’homme et la faune, ainsi qu’exacerber les symptômes de l’hypersensibilité électromagnétique.

Afin de freiner le déploiement des réseaux, Firstenberg demande à l’Organisation mondiale de la santé, aux Nations unies et à l’UE de « mettre un terme urgent au développement de la 5G ». La pétition avait recueilli plus de 40 000 signatures au moment de la rédaction.

« Le déploiement de la 5G constitue une expérience sur l’humanité et l’environnement qualifié de crime par le droit international », indique la pétition. Le déploiement du nouveau réseau aux États-Unis a déjà commencé dans des villes comme Houston, Indianapolis, Los Angeles et Sacramento.

« Cela pourrait devenir une catastrophe mondiale. Lorsque les premiers satellites ont été lancés à la fin des années 90 pour les téléphones mobiles, le jour de leur lancement, les personnes sensibles à ces phénomènes sont tombées gravement malades. Le taux de mortalité a également augmenté de 5 à 10% aux États-Unis et il a été signalé que les oiseaux ne volaient pas », a déclaré Firstenberg au Daily Star.

La 5G est la technologie de base des villes intelligentes et du programme 2030 des Nations Unies. Une ville californienne a bloqué le projet pour des raisons de santé, mais va-t-elle résister à la loi de 1996 sur les télécommunications, signée par Bill Clinton, selon laquelle les problèmes de santé ne peuvent être pris en compte?

Firstenberg affirme également que, dans les régions du monde où le déploiement d’antennes 5G a déjà commencé, la population locale, y compris les insectes et autres animaux sauvages, est déjà malade. Il prétend souffrir d’une affection appelée hypersensibilité électromagnétique, qui provoque des symptômes tels que vertiges, nausées, amnésie, insomnie, tremblements, arythmie cardiaque, douleurs aiguës et chroniques, même si elle n’est pas reconnue scientifiquement ou médicalement.

En outre, Firstenberg a intenté une action en justice réclamant 1,43 million de dollars de dommages à son voisin pour avoir endommagé sa santé en utilisant sa connexion iPhone et WiFi.

Tout comme les téléphones cellulaires des années 1980 et 1990, la 5G a été fortement critiquée par le grand public depuis son annonce. En septembre 2018, le conseil municipal de Mill Valley, en Californie, a voté contre le développement de tours 5G et de petites cellules dans des zones résidentielles, invoquant « de graves effets néfastes sur la santé et l’environnement causés par le rayonnement micro-ondes émis par ces tours à petites cellules 4G et 5G », les rapports .

Toutefois, selon les Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC), « Il n’existe aucune preuve scientifique qui permette de répondre de manière définitive à cette question… Il est nécessaire de poursuivre les recherches avant de savoir si l’utilisation de téléphones cellulaires a des effets sur la santé. »

En dépit de nombreuses études de grande envergure sur les effets potentiels des radiations des téléphones portables, ne montrant aucune preuve solide de risques importants pour la santé des êtres humains (sans parler des insectes), de nombreux membres de la communauté scientifique restent sceptiques quant aux avantages de la technologie 5G l’emportant sur les dommages potentiels aux humains.

Deux études récentes ont également montré un risque élevé de développement de tumeurs cancéreuses chez des rats mâles (bien que non femelles) exposés à des champs électromagnétiques (CEM) neuf heures par jour pendant deux ans. Toutefois, les revendications n’ont pas été retenues lors des tests de suivi en double aveugle.

215 scientifiques de 40 pays différents auraient signé un appel appelant à une protection internationale contre l’exposition non ionisante aux champs électromagnétiques, dont les effets comprennent, entre autres, « un risque accru de cancer, le stress cellulaire, l’augmentation des radicaux libres nocifs, les dommages génétiques, les modifications structurelles et fonctionnelles du système de reproduction, les déficits d’apprentissage et de mémoire, les troubles neurologiques et les impacts négatifs sur le bien-être général. »

Dans une lettre, le Dr Martin Pall, professeur de biochimie à la Washington State University, a affirmé que des effets biologiques et sanitaires graves, notamment un risque accru de cancer par mutations de l’ADN, du fait de l’exposition à des réseaux 5G, tout en affirmant que la FCC est une « agence noyautée » soumise à la volonté de la même industrie qu’elle est censée réglementer.

La 5G offrirait des débits large bande plus de 100 fois plus rapides que les débits actuels. Mais pour faciliter son déploiement, 300 000 nouvelles antennes seraient nécessaires seulement aux États-Unis. Cela correspond à peu près à trois décennies de développement de tour de téléphonie cellulaire.

Les réseaux nécessitent un ensemble plus dense de sites de « petites cellules » car leurs ondes haute fréquence permettent des vitesses plus rapides mais ne voyagent pas aussi loin.

[youtube https://www.youtube.com/watch?v=rh0dphQZxJ0?version=3&rel=1&fs=1&autohide=2&showsearch=0&showinfo=1&iv_load_policy=1&wmode=transparent]

Sources:
lyme-metauxlourds.org
www.newswars.com

 

TRES TRES URGENT ! CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA 5 G – fin 04 septembre !!!! Encore quelques heures pour donner votre avis sur cette « expérimentation » !

VIDEO : Actions en Justice : Maud Bigand commente et encourage ! Rappel sur la plateforme pour procédures gratuites pour les EHS

Lire la suite « VIDEO : Actions en Justice : Maud Bigand commente et encourage ! Rappel sur la plateforme pour procédures gratuites pour les EHS »

Linky, l’onde de trop : des études montrent que les ondes CPL du compteur Linky augmentent le risque de cancer, de diabète, d’hyperactivité et plus

https://www.sante-nutrition.org/linky-londe-de-trop-des-etudes-montrent-que-les-ondes-cpl-du-compteur-linky-augmentent-le-risque-de-cancer-de-diabete-dhyperactivite-et-plus/

Ce compteur Linky fait l’objet d’une contestation grandissante de communes, de citoyens organisés en collectifs et même au niveau de la Cour des Comptes qui a indiqué dans son rapport de février 2018 que ce dispositif est « coûteux pour le consommateur mais avantageux pour Enedis, et dont le financement est assuré par les usagers ». Des actions collectives juridiques protestent également sur différents points reprochés à ces compteurs dits « intelligents » : données récoltées par Enedis, incendies de compteurs rapportés par la presse, pannes diverses, coupures de courant, factures qui s’envolent et pollution électromagnétique.

Le compteur Linky, en plus de ses activités de comptage des consommations, est un dispositif numérique doté d’une carte SIM et de l’antivirus Java, l’un des moins fiables, ainsi que d’une pile au lithium. Il superpose sur nos lignes électriques à 50 Hz, un Courant Porteur en Ligne (CPL) par ondes pulsées (ou trames) variant entre 10 kHz et 95 kHz (mais « évolutives ») afin de transporter et échanger des données fines de consommation de l’ensemble des compteurs Linky reliés au transformateur de quartier. Le quartier devient donc un véritable réseau informatique, subissant des variations de la tension électrique par ces échanges de données, sous forme de pics brefs mais incessants de l’ordre de 15 000 va-et-vient par seconde pour une modulation haute fréquence à 15 kHz, par exemple.

Si le CPL est utilisé pour certaines connexions ainsi que pour le système HC/HP des chauffe-eau électriques, il entraîne par son utilisation massive un surcroît d’interférences électriques hautes fréquences, phénomène connu du monde industriel sous le nom de Hautes Fréquences Transitoires, HFT.  Ce sont des interférences électromagnétiques, des éclairs invisibles à l’œil nu qui viennent parasiter le courant 50 Hz circulant dans les fils, les lignes et les câblages électriques.

L’exposition aux HFT (hautes fréquences transitoires) est de plus en plus massive

En plus du CPL domestique, le déploiement des « compteurs communicants » comme le Linky renforce encore l’exposition à ces HFT, ou « électricité sale », ou « dirty electricity », polluée et traversée d’une multitude d’interférences, de grésillements, de bugs, d’infimes courts-circuits.   « Ces ondes sont générées par divers appareils : gradateurs d’éclairage, moteurs électriques à vitesse variable, lampes halogènes ou fluocompactes, téléviseurs plasma, ordinateurs, photocopieuses, etc, ainsi que par divers problèmes électriques -, mise à la terre déficiente, arcs électriques causés par de mauvaises connexions et difficultés avec les transformateurs ainsi que les lignes de transmission et de distribution ».  Tel est le portrait-robot des HFT brossé dès 2008 par la revue québécoise La Maison du 21e siècle.

Les interférences ou parasites électriques naissent du passage d’un courant instable et fluctuant. Ce sont par exemple les parasites que l’on peut entendre sur une télé ou une chaîne hi-fi lorsqu’un autre appareil fonctionne à proximité. Ces émissions variées et variables interagissent.

 

Mesure des HFT

Ces surtensions incessantes sont sources de micro-émissions électromagnétiques, naturellement captées par les câblages et les systèmes des appareils alentour. Plus il y a d’appareils en fonctionnement, plus la quantité d’interférences augmente et leurs harmoniques polluantes également.

Loading…

Ces multiples variations sont si nombreuses qu’elles ne sont pas perceptibles par les instruments utilisés habituellement : par exemple, les ampoules fluocompactes injectent près de 20 000 impulsions par seconde qui interagissent.

Martin Graham, professeur émérite de génie électrique de l’université de Berkeley en Californie a inventé un appareil qui permet de mesurer la densité des parasites HFT : le MicroSurge Meter II. Branchée dans une prise électrique, la sonde mesure le nombre de parasites HFT émis dans la gamme des 4 à 150 kHz et exprime cette mesure par une valeur comprise entre 0 et 1999 unités Graham-Stetzer (GS).

En matière de santé publique, les HFT posent un sacré problème, carrément suspectées d’être des agents « cancérigènes universels » par les auteurs de l’une des études pointant explicitement l’impact des HFT sur la santé.

Périls en la demeure

Neuf fois plus de cancers de l’utérus que la norme, dix fois plus de mélanomes malins, treize fois plus de cancers de la thyroïde… Telles sont les sinistres statistiques du triste record établi à l’école de La Quinta, en Californie, où seize enseignants sur 137 – c’est-à-dire un enseignant sur neuf – ont été touchés par 18 formes de cancer entre 1988 et 2005. Soit trois fois plus que le taux de cancer observé dans la population en général. Pour Samuel Milham et Lloyd Morgan, les deux auteurs de cette étude épidémiologique parue en mai 2008 dans l’American Journal of Industrial Medicine, l’apparition des trois cancers de la thyroïde, de la peau et de l’utérus est fortement corrélée à l’exposition à des niveaux très élevés de HFT.

Ainsi, dans 13 des 52 salles de classe de La Quinta, les HFT des prises dépassaient les 1999 GS affichés par le MicroSurge Meter II, contre un niveau moyen de 750 GS au sein des autres classes. Là, après une seule année passée dans l’une de ces classes où les HFT dépassaient les 1999 GS, le risque de cancer augmentait de 26 %. « Près de 70 % des enseignants qui ont travaillé plus de 10 ans dans une des 13 salles problématiques ont fait un cancer, un taux 7 fois plus élevé que la norme. Les résultats de l’étude furent aussi corroborés par une analyse indépendante effectuée par deux chercheurs de l’Ecole de santé publique de l’université de Pittsburgh », résume André Fauteux dans son article de La Maison Saine du 21e siècle.

De son côté, en 2003, « La chercheure Magda Havas, qui donne un cours sur les effets biologiques des champs électromagnétiques à l’université Trent en Ontario, a étudié l’impact de 50 filtres Stetzer posés à l’insu du personnel et des étudiants de l’école Willow Wood de Toronto, rappelle également André Fauteux. Trois semaines plus tard, les enseignants étaient moins fatigués et irritables et ils éprouvaient moins de maux de tête et autres douleurs. De plus, les écoliers étaient plus calmes et concentrés. Le Dr Havas a aussi remarqué que ces filtres avaient un effet équilibrant sur la glycémie des diabétiques et qu’ils réduisaient également les symptômes – respiratoires, musculo-squelettiques, neurologiques, gastro-intestinaux et dermatologiques – d’hypersensibilité électromagnétique. » (source)

Les HFT, agent cancérogènes universels ?

De nombreuses autres études sur les effets sanitaires ont démontré les risques de cancers et nombreuses autres pathologies, et même explicité les mécanismes qui perturbent notre système vital.

En 1987, une étude EDF, Hydro-Québec et Ontario Hydro du nom des trois opérateurs électriques qui l’ont financée a été lancée. Elle a été signée par onze coauteurs, dont deux membres d’EDF, deux membres de l’Inserm Paris, et coordonnée par le docteur Gilles Thériault de la faculté de médecine de l’université McGill à Montréal. Cette étude a suivi plus de 223 000 salariés (dont 170 000 employés d’EDF) sur une période comprise entre 1970 et 1989.

Leucémie : l’étude a montré deux risques statistiquement significatifs pour la leucémie aiguë non lymphoïde et la leucémie myéloïde aiguë. Ces risques sont doublés chez les salariés dont l’exposition moyenne annuelle dépasse 200 nT (nanoTesla). Un autre risque de cancer inattendu, celui du cancer du poumon. Risque plus que triplé dans le sous-groupe de salariés le plus fortement exposé aux hautes fréquences transitoires !

Ce lien entre l’exposition aux HFT et le cancer du poumon, 6 à 7 fois plus élevé que la normale et distinct de tout autre facteur (dont le tabac), fit l’objet d’une vive polémique lors de sa parution dans un article et signa la fin du financement de cette recherche.

Une convergence significative des études et appels de chercheurs, médecins, Professeurs

D’après les conclusions du rapport Bioinitiative 2012, 1800 études prouvent les dangers des champs électromagnétiques :

  • Anomalies de transcription des gênes
  • Génotoxicité et dommages sur l’ADN
  • Neurotoxicité
  • Impacts forts sur la morphologie et la fonction du sperme chez l’humain et l’animal
  • Impact sur le développement du cerveau et de la boîte crânienne de la progéniture d’animaux exposés pendant la gestation
  • Facteur plausible de l’autisme
  • Risques pour la barrière hémato-encéphalique
  • Elévation du risque de cancer du cerveau
  • Diminution de la production de mélatonine pouvant entraîner le cancer du sein
  • Facteur de risque dans la maladie d’Alzheimer
  • Rendent les toxines chimiques plus dangereuses

Un article de la Dr Sandra Perlingieri paru sur Global Research et signé par une quarantaine de médecins et chercheurs montre les impacts sérieux sur la santé de l’exposition au rayonnement électromagnétique sans fil :

 

Lire la suite « Linky, l’onde de trop : des études montrent que les ondes CPL du compteur Linky augmentent le risque de cancer, de diabète, d’hyperactivité et plus »

180 scientifiques et médecins lancent une alerte planétaire sur la 5G

Lire la suite « 180 scientifiques et médecins lancent une alerte planétaire sur la 5G »

SANTE : Robot pour les pauvres, contact humain pour les riches

http://www.slate.fr/story/176253/robot-medecin-deshumanisation-inegalites-ecran-pauvres

Titiou Lecoq — mis à jour le 26 avril 2019 à 12h12

Il faut s’interroger sur la nature d’un monde où c’est un écran qui annonce à un malade qu’il va mourir.

robots pour les pauvres humains pour les riches alessio-ferretti-747215-unsplash

Partager sur Whatsapp

C’est l’histoire d’un vieux monsieur de 78 ans qui est à l’hôpital aux États-Unis.

Il a un problème pulmonaire, il sait que ça ne va pas fort. Le matin, il a vu un médecin qui lui a dit que le pronostic n’était pas bon. Là, il est avec sa petite-fille et un autre médecin vient lui parler. Scène classique à un détail près: le médecin n’est pas physiquement là. Il lui parle via un écran porté par un robot. Et le médecin-écran-robot lui annonce qu’il ne lui reste plus que quelques heures à vivre. Le patient ne comprend pas bien, il n’est pas sûr d’avoir entendu et c’est sa petite-fille qui doit lui répéter ce que la transmission vidéo vient de lui dire.

La scène a eu lieu en mars dernier. La petite-fille, sous le choc, en a filmé une partie et a lancé un appel sur Facebook pour dénoncer cette pratique.

robot médecin 53423804_2798396766885258_1763934362568491008_n

 

Il y aurait beaucoup à dire sur l’emploi de ces technologies dans le domaine médical. Il y a d’énormes avancées incontestables. Il ne s’agit pas de jeter à la poubelle toutes les innovations mais de se rappeler qu’il ne s’agit que d’outils et que c’est nous qui décidons de la société dans laquelle nous souhaitons vivre, ce que nous voulons ou pas déléguer à des machines. La pente devient dangereuse quand ces outils servent à pallier un manque de moyens financiers et humains.

 

En France, vingt-cinq services d’urgence de l’AP-HP sont actuellement en grève illimitée. Un gouvernement pourrait facilement faire le calcul que mettre des robots permettra de faire des économies et d’améliorer le rendement. Ce n’est évidemment pas ce que demandent les personnels soignants, qui veulent les moyens de faire correctement leur travail par eux-mêmes. Il s’agit fondamentalement d’un choix de société. Il faut s’interroger sur la nature d’un monde où c’est un écran qui annonce à un malade qu’il va mourir. Quel degré de déshumanisation sommes-nous prêts à accepter au nom de restrictions budgétaires?

À LIRE AUSSI Les sept métiers que les robots intelligents vont nous prendre en premier

 

L’écran pour seul horizon

Dans le New York Times, Nellie Bowles, journaliste tech, part de l’histoire de ce monsieur et va plus loin, mettant en lumière une forme d’inégalité inédite. Au début, les outils numériques étaient un signe de richesse. Dans les années 1980, posséder un ordinateur chez soi était un marqueur d’une certaine classe sociale. Être connecté également. À l’époque des bipeurs (les pageurs), on montrait qu’on était indispensable, qu’on était demandé, donc qu’on avait une valeur particulière. Et puis, les choses se sont inversées. Maintenant, être puissant c’est pouvoir ignorer les coups de téléphone, ne pas répondre immédiatement à un mail. C’est se déconnecter.

Le numérique qui était un truc de riche devient un truc de pauvre. Pas assez de moyens dans une école? Il n’y a qu’à y mettre des écrans. Pas assez de moyens dans un hosto?

Hop, un médecin-écran. On va pouvoir automatiser les maisons de retraite avec des robots, ça coûtera moins cher. À l’inverse, dans une maison de retraite de luxe, on aura toujours une foule d’êtres humains pour s’occuper des pensionnaires. Idem dans un hôpital privé, on aura un médecin en chair et en os pour nous informer. Et de plus en plus d’écoles privées se targuent déjà d’être sans écran.

On va donc aboutir à une situation que Nellie Bowles qualifie de «luxurification de l’engagement humain». Un contact humain devient un luxe. La texture même de la vie va devenir profondément différente selon si vous êtes riche ou pauvre, selon que vous la vivrez IRL ou via des écrans. Les pauvres seront entourés de robots et d’écrans, que ce soit au début de leur vie ou à la fin, alors que les riches pourront se payer des contacts humains. D’ailleurs, les pauvres pendant leur vie active obéiront à des machines comme c’est déjà le cas des micro-travailleurs. L’horizon de leur expérience sera celle de l’écran.

À LIRE AUSSI Inscrire dans le Code du travail le digital labor

L’humanité deviendra alors une richesse, au sens financier. On pourra quantifier combien vaut un contact humain versus un contact avec un écran. Nous avons déjà un rapport comptable à la nature que l’on perçoit comme une valeur extérieure à nous, une ressource, quelque chose de quantifiable. Même quand il s’agit de la préserver, c’est dans un but utilitariste, parce qu’elle nous apporte des bienfaits. De plus en plus, il semblerait qu’on va réussir à faire de même avec ce qui fait ce que nous sommes: l’humanité. L’humanité deviendra un bien quantifiable que seules certaines personnes pourront se payer.

VOIR AUSSI : stoplinky76320.wordpress.com/2019/04/30/robots-disparition-de-lemploi-humain-et-le-projet-societal-que-representent-les-compteurs-intelligents-precurseurs-de-la-puce-rfid/

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lire la suite « SANTE : Robot pour les pauvres, contact humain pour les riches »