Courrier refus compteur d’eau à radio-fréquences

Prénom NOM :

Rue :                                                                                                            _________________________

CP Ville :                                                                                                     _________________________

Téléphone :                                                                         

       

Copie :            Président Métropole ou Syndicat

Mairie de ____________________

Association Nationale PRIARTEM (Pour information)

 

Envoi en recommandé avec AR n°  : ________________

Valant mise en demeure

Référence Client : _________________

Objet : Signification de refus d’installation d’un compteur d’eau à Télé-relève et des nuisances radioélectriques associées

                                                                                                          Fait à                          , le

Madame, Monsieur,

 

Ayant appris l’installation en cours de compteurs d’eau à télé-relève, émetteurs de radiofréquences, je vous signifie par la présente mon refus de voir ce compteur installé à mon domicile.

J’ai pris une photo de mon compteur avec copie de cette lettre scotchée dessus, et je vous tiendrai pour pénalement responsables, en prenant l’état à témoin, s’il était changé malgré cette mise en demeure.

 

L’installation de ces compteurs ne fait l’objet d’aucune loi en France, et je sais qu’il émet en permanence des radio-fréquences, qui sont nocives pour la santé à des seuils bien inférieurs aux normes actuelles, comme le prouvent plus de 6000 études sur le sujet.

Il est bien entendu connu que ces normes sont fixées à des niveaux tellement élevés qu’elles ne sont en rien protectrices de l’usager, comme d’ailleurs noté par le Parlement Européen dès septembre 2009 :

Le Parlement Européen, suite au rapport Bioinitiative, constate dès Septembre 2009 que : « que les limites d’exposition aux champs électromagnétiques fixées pour le public sont obsolètes dès lors qu’elles n’ont pas été adaptées depuis la recommandation du Conseil du 12 juillet 1999 relatives à la limitation d’exposition du public aux champs électromagnétiques (0 Hz à 300 GHz), que ces limites ne tiennent évidemment pas compte de l’évolution des technologies de l’information et de la communication ni, d’ailleurs, des recommandations préconisées par l’Agence Européenne pour l’Environnement ou encore des normes d’émission plus exigeantes prises, par exemple, par la Belgique, l’Italie ou l’Autriche et qu’elles ne tiennent pas compte des groupes vulnérables comme les femmes enceintes, les nouveau-nés et les enfants. »

Ces normes sont sensées protéger contre les impacts thermiques uniquement, et ce pendant une durée de 6 minutes seulement…et elles sont très supérieures à celles adoptées dans d’autres pays, comme la Suisse, l’Autriche, l’Italie, la Russie, la Chine, etc…

Elles ont été mises en place par décret  entre les deux tours de l’élection  présidentielle de 2002, par le gouvernement Jospin qui faisait ses cartons, sous la pression des industriels (voir témoignage de Yves Cochet, alors ministre de l’environnement, et d’après les recommandations de l’ICNIRP, organisme soi-disant ‘indépendant’ et dont les scientifiques sont en conflit d’intérêt avec l’industrie des Télécom cf le documentaire Mauvaises Ondes diffusé en 2013 sur France 3).

 

Ce compteur va également s’accompagner, pour la transmission des consommations vers les points de collecte, d’une multiplication des antennes-relais utilisant les hyper-fréquences dans notre environnement, ce qui augmentera encore le brouillard électro-magnétique que subit toute la population, et en particulier les personnes électro-sensibles, dont le nombre est « en croissance exponentielle ».

 

Voir ci-dessous l’application du principe de précaution, demandé à tous les états membres, par le Parlement Européen dans sa déclaration du 12/03/2013, concernant la reconnaissance de la sensibilité chimique multiple et de l’hypersensibilité électromagnétique.

Le Parlement :

« demande instamment aux gouvernements des états membres de mettre en œuvre les règles en vigueur relatives aux rayonnements électromagnétiques et à l’exposition à des substances nocives et d’appliquer strictement le principe de précaution, en prenant des mesures sanitaires et environnementales efficaces afin de protéger immédiatement les patients affectés, dont le nombre augmente de manière exponentielle. »

Ces micro-ondes sont classés potentiellement cancérogène par l’OMS depuis 2011, comme l’ont été avant le plomb ou l’amiante.

Lire la suite « Courrier refus compteur d’eau à radio-fréquences »

Compteurs d’eau (et autres) : produits toxiques sans étude sanitaire préalable -1ère partie –

Des professeurs crient « ALERTE » – « ALERTE » – « ALERTE »…. et nous n’entendons rien parce que les MEDIAS crient plus fort et plus longtemps………..

Si, pour le LINKY, il existe une « loi » – qui cependant enfreint d’autres LOIS et LA CONSTITUTION, en ce qui concerne LES COMPTEURS D’EAU RADIATIFS, aucune loi

Lire la suite « Compteurs d’eau (et autres) : produits toxiques sans étude sanitaire préalable -1ère partie – »