Linky, l’onde de trop : des études montrent que les ondes CPL du compteur Linky augmentent le risque de cancer, de diabète, d’hyperactivité et plus

https://www.sante-nutrition.org/linky-londe-de-trop-des-etudes-montrent-que-les-ondes-cpl-du-compteur-linky-augmentent-le-risque-de-cancer-de-diabete-dhyperactivite-et-plus/

Ce compteur Linky fait l’objet d’une contestation grandissante de communes, de citoyens organisés en collectifs et même au niveau de la Cour des Comptes qui a indiqué dans son rapport de février 2018 que ce dispositif est « coûteux pour le consommateur mais avantageux pour Enedis, et dont le financement est assuré par les usagers ». Des actions collectives juridiques protestent également sur différents points reprochés à ces compteurs dits « intelligents » : données récoltées par Enedis, incendies de compteurs rapportés par la presse, pannes diverses, coupures de courant, factures qui s’envolent et pollution électromagnétique.

Le compteur Linky, en plus de ses activités de comptage des consommations, est un dispositif numérique doté d’une carte SIM et de l’antivirus Java, l’un des moins fiables, ainsi que d’une pile au lithium. Il superpose sur nos lignes électriques à 50 Hz, un Courant Porteur en Ligne (CPL) par ondes pulsées (ou trames) variant entre 10 kHz et 95 kHz (mais « évolutives ») afin de transporter et échanger des données fines de consommation de l’ensemble des compteurs Linky reliés au transformateur de quartier. Le quartier devient donc un véritable réseau informatique, subissant des variations de la tension électrique par ces échanges de données, sous forme de pics brefs mais incessants de l’ordre de 15 000 va-et-vient par seconde pour une modulation haute fréquence à 15 kHz, par exemple.

Si le CPL est utilisé pour certaines connexions ainsi que pour le système HC/HP des chauffe-eau électriques, il entraîne par son utilisation massive un surcroît d’interférences électriques hautes fréquences, phénomène connu du monde industriel sous le nom de Hautes Fréquences Transitoires, HFT.  Ce sont des interférences électromagnétiques, des éclairs invisibles à l’œil nu qui viennent parasiter le courant 50 Hz circulant dans les fils, les lignes et les câblages électriques.

L’exposition aux HFT (hautes fréquences transitoires) est de plus en plus massive

En plus du CPL domestique, le déploiement des « compteurs communicants » comme le Linky renforce encore l’exposition à ces HFT, ou « électricité sale », ou « dirty electricity », polluée et traversée d’une multitude d’interférences, de grésillements, de bugs, d’infimes courts-circuits.   « Ces ondes sont générées par divers appareils : gradateurs d’éclairage, moteurs électriques à vitesse variable, lampes halogènes ou fluocompactes, téléviseurs plasma, ordinateurs, photocopieuses, etc, ainsi que par divers problèmes électriques -, mise à la terre déficiente, arcs électriques causés par de mauvaises connexions et difficultés avec les transformateurs ainsi que les lignes de transmission et de distribution ».  Tel est le portrait-robot des HFT brossé dès 2008 par la revue québécoise La Maison du 21e siècle.

Les interférences ou parasites électriques naissent du passage d’un courant instable et fluctuant. Ce sont par exemple les parasites que l’on peut entendre sur une télé ou une chaîne hi-fi lorsqu’un autre appareil fonctionne à proximité. Ces émissions variées et variables interagissent.

 

Mesure des HFT

Ces surtensions incessantes sont sources de micro-émissions électromagnétiques, naturellement captées par les câblages et les systèmes des appareils alentour. Plus il y a d’appareils en fonctionnement, plus la quantité d’interférences augmente et leurs harmoniques polluantes également.

Loading…

Ces multiples variations sont si nombreuses qu’elles ne sont pas perceptibles par les instruments utilisés habituellement : par exemple, les ampoules fluocompactes injectent près de 20 000 impulsions par seconde qui interagissent.

Martin Graham, professeur émérite de génie électrique de l’université de Berkeley en Californie a inventé un appareil qui permet de mesurer la densité des parasites HFT : le MicroSurge Meter II. Branchée dans une prise électrique, la sonde mesure le nombre de parasites HFT émis dans la gamme des 4 à 150 kHz et exprime cette mesure par une valeur comprise entre 0 et 1999 unités Graham-Stetzer (GS).

En matière de santé publique, les HFT posent un sacré problème, carrément suspectées d’être des agents « cancérigènes universels » par les auteurs de l’une des études pointant explicitement l’impact des HFT sur la santé.

Périls en la demeure

Neuf fois plus de cancers de l’utérus que la norme, dix fois plus de mélanomes malins, treize fois plus de cancers de la thyroïde… Telles sont les sinistres statistiques du triste record établi à l’école de La Quinta, en Californie, où seize enseignants sur 137 – c’est-à-dire un enseignant sur neuf – ont été touchés par 18 formes de cancer entre 1988 et 2005. Soit trois fois plus que le taux de cancer observé dans la population en général. Pour Samuel Milham et Lloyd Morgan, les deux auteurs de cette étude épidémiologique parue en mai 2008 dans l’American Journal of Industrial Medicine, l’apparition des trois cancers de la thyroïde, de la peau et de l’utérus est fortement corrélée à l’exposition à des niveaux très élevés de HFT.

Ainsi, dans 13 des 52 salles de classe de La Quinta, les HFT des prises dépassaient les 1999 GS affichés par le MicroSurge Meter II, contre un niveau moyen de 750 GS au sein des autres classes. Là, après une seule année passée dans l’une de ces classes où les HFT dépassaient les 1999 GS, le risque de cancer augmentait de 26 %. « Près de 70 % des enseignants qui ont travaillé plus de 10 ans dans une des 13 salles problématiques ont fait un cancer, un taux 7 fois plus élevé que la norme. Les résultats de l’étude furent aussi corroborés par une analyse indépendante effectuée par deux chercheurs de l’Ecole de santé publique de l’université de Pittsburgh », résume André Fauteux dans son article de La Maison Saine du 21e siècle.

De son côté, en 2003, « La chercheure Magda Havas, qui donne un cours sur les effets biologiques des champs électromagnétiques à l’université Trent en Ontario, a étudié l’impact de 50 filtres Stetzer posés à l’insu du personnel et des étudiants de l’école Willow Wood de Toronto, rappelle également André Fauteux. Trois semaines plus tard, les enseignants étaient moins fatigués et irritables et ils éprouvaient moins de maux de tête et autres douleurs. De plus, les écoliers étaient plus calmes et concentrés. Le Dr Havas a aussi remarqué que ces filtres avaient un effet équilibrant sur la glycémie des diabétiques et qu’ils réduisaient également les symptômes – respiratoires, musculo-squelettiques, neurologiques, gastro-intestinaux et dermatologiques – d’hypersensibilité électromagnétique. » (source)

Les HFT, agent cancérogènes universels ?

De nombreuses autres études sur les effets sanitaires ont démontré les risques de cancers et nombreuses autres pathologies, et même explicité les mécanismes qui perturbent notre système vital.

En 1987, une étude EDF, Hydro-Québec et Ontario Hydro du nom des trois opérateurs électriques qui l’ont financée a été lancée. Elle a été signée par onze coauteurs, dont deux membres d’EDF, deux membres de l’Inserm Paris, et coordonnée par le docteur Gilles Thériault de la faculté de médecine de l’université McGill à Montréal. Cette étude a suivi plus de 223 000 salariés (dont 170 000 employés d’EDF) sur une période comprise entre 1970 et 1989.

Leucémie : l’étude a montré deux risques statistiquement significatifs pour la leucémie aiguë non lymphoïde et la leucémie myéloïde aiguë. Ces risques sont doublés chez les salariés dont l’exposition moyenne annuelle dépasse 200 nT (nanoTesla). Un autre risque de cancer inattendu, celui du cancer du poumon. Risque plus que triplé dans le sous-groupe de salariés le plus fortement exposé aux hautes fréquences transitoires !

Ce lien entre l’exposition aux HFT et le cancer du poumon, 6 à 7 fois plus élevé que la normale et distinct de tout autre facteur (dont le tabac), fit l’objet d’une vive polémique lors de sa parution dans un article et signa la fin du financement de cette recherche.

Une convergence significative des études et appels de chercheurs, médecins, Professeurs

D’après les conclusions du rapport Bioinitiative 2012, 1800 études prouvent les dangers des champs électromagnétiques :

  • Anomalies de transcription des gênes
  • Génotoxicité et dommages sur l’ADN
  • Neurotoxicité
  • Impacts forts sur la morphologie et la fonction du sperme chez l’humain et l’animal
  • Impact sur le développement du cerveau et de la boîte crânienne de la progéniture d’animaux exposés pendant la gestation
  • Facteur plausible de l’autisme
  • Risques pour la barrière hémato-encéphalique
  • Elévation du risque de cancer du cerveau
  • Diminution de la production de mélatonine pouvant entraîner le cancer du sein
  • Facteur de risque dans la maladie d’Alzheimer
  • Rendent les toxines chimiques plus dangereuses

Un article de la Dr Sandra Perlingieri paru sur Global Research et signé par une quarantaine de médecins et chercheurs montre les impacts sérieux sur la santé de l’exposition au rayonnement électromagnétique sans fil :

 

Lire la suite « Linky, l’onde de trop : des études montrent que les ondes CPL du compteur Linky augmentent le risque de cancer, de diabète, d’hyperactivité et plus »

MAIRIES : Cahiers de doléances

De la part de l’Association : PRIARTEM

[ACTION !] Chers adhérents, Chers sympathisants,

L’Association des maires ruraux de France a invité ses adhérents à ouvrir des cahiers de doléances en mairie durant deux samedis, le 8 et le 15 décembre. Restée discrète la semaine dernière – au point où nous avons dû être informés par l’un de nos adhérents, cette semaine, pour la connaître – cette invitation commence aujourd’hui à être plus visible. Nous devons nous en saisir, demander à tous nos maires, y compris ceux qui ne sont pas adhérents de cette association, d’ouvrir leur mairie samedi afin d’y porter nos revendications de respect de nos libertés individuelles, de respect des principes démocratiques, de respect de la parole citoyenne et de d’exigence de justice dans les dossiers qui nous intéressent.

 

Lire la suite « MAIRIES : Cahiers de doléances »

Référé de Priartem contre Enedis sur France Culture

Sur France Culture , au journal de 18h du 25/05, on parle (enfin!) du linky:

                                                    *  *  *
Nouvelle étude sur radiofréquences et tumeurs : les preuves scientifiques s’accumulent

http://www.priartem.fr/Nouvelle-etude-sur-radiofrequences.html

par Priartem – Thème : Information scientifique

Dossier de presse PRIARTEM du 03/02/2018 : LIRE CI-DESSOUS :

 

Lire la suite « Référé de Priartem contre Enedis sur France Culture »

Lettre aux Députés et Sénateurs de France par les Collectifs et Associations : demande la suspension du programme Linky

Mesdames et Messieurs les Députés,
Mesdames et Messieurs les Sénateurs,

Nous, Collectifs et Associations de l’ensemble des régions de France, vous prions instamment de prendre connaissance des raisons de notre opposition à la technologie LINKY. Qu’elles soient de nature juridique, économique, écologique, factuelle ou sanitaire, elles sont toutes étayées de sources vérifiables par vos soins.

Nous demandons :

– la suspension du programme Linky et de la technologie CPL (Courant Porteur en Ligne)

– la désactivation des concentrateurs

– la repose des anciens compteurs,
( les compteurs Linky posés en grappes impactent l’ensemble de la population).

1. RAISON JURIDIQUE

On nous dit : le Linky est obligatoire, il y a une directive européenne

La Directive européenne 2009/72/CE du 13 juillet 2009, en annexe 1 (page 37 de la pièce jointe)
stipule que :

« Les États membres veillent à la mise en place de systèmes intelligents de mesure qui favorisent la participation active des consommateurs au marché de la fourniture d’électricité.
La mise en place de tels systèmes peut être subordonnée à une évaluation économique à long terme de l’ensemble des coûts et des bénéfices pour le marché et pour le consommateur, pris individuellement, ou à une étude déterminant quel modèle de compteurs intelligents est le plus rationnel économiquement et le moins coûteux et quel calendrier peut être envisagé pour leur distribution. […]
Si la mise en place de compteurs intelligents donne lieu à une évaluation favorable, au moins 80 % des clients seront équipés de systèmes intelligents de mesure d’ici à2020.»

La Directive ne prévoit aucune disposition légale obligeant les administrés à accepter l’installation d’un tel compteur pour leur foyer.

Le Rapport de la cour des comptes de février 2018 (page 246 en pièce jointe) remarque:

Rapport cour des comptes pays refusent

(il faut lire Slovanie à la fin et non Slovaquie qui est répétée 2 fois)

8 pays de l’Union Européenne sur 23 ont prévu de ne pas procéder au déploiement ou de n’y procéder que pour certains gros consommateurs.

2. RAISON ECONOMIQUE

La Cour des comptes dénonce le coût du programme :

« II Un dispositif coûteux pour le consommateur mais avantageux pour Enedis

A – Un coût effectif total de 5,7 Md€ en euros courants

B – Des conditions avantageuses pour Enedis, un financement assuré par les usagers »

(Rapport Cour des Comptes de février 2018 en pièce jointe page 253-254)

La suppression de la relève à pied entraîne la destruction de milliers d’emplois.

3. RAISON ECOLOGIQUE

Un désastre écologique avec le remplacement de 35 millions de compteurs en état de fonctionnement :

« L’objectif est de remplacer 90% des anciens compteurs dans 35 millions de foyers d’ici 2021. »

(https://espace-client-particuliers.enedis.fr/web/espace-particuliers/carte-de-deploiement)

« La durée de vie des compteurs Linky ™ est estimée à une vingtaine d’années. »

( https://particuliers. engie .fr/assistance-client/questions-reponses/mon-equipement/mon-installation-et-mon-compteur/duree-vie-compteurs-linky.html)

3 fois moins que les compteurs mécaniques…

L’ADEME rapporte que :

Le changement du parc de compteurs électromécaniques et électroniques actuels par des compteurs Linky impliquerait en effet une augmentation de la consommation électrique annuelle de l’ordre de 0,5 TWh.

( rapport de l’Agence De l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie page 3 en pièce jointe)

Ce qui correspond à la consommation de 400 000 ménages.

(https://www.edf.fr/groupe-edf/espaces-dedies/l-energie-de-a-a-z/tout-sur-l-energie/produire-de-l-electricite/le-nucleaire-en-chiffres)

4. BIG DATA
.Les informations circulant par le CPL permettent à ENEDIS une collecte de données permettant d’en déduire les habitudes de vie des occupants. La collecte de ces données constitue une violation de la vie privée. Elles pourront être revendues par ENEDIS, dont le Président, M. Monloubou, a précisé au « Monde des Grandes Écoles » :

« L’entreprise doit anticiper pour faire évoluer son « business model » car nous sommes désormais également un opérateur de Big Data. »

(http://www.mondedesgrandesecoles.fr/enedis-entreprise-big-data-modernisation )

La coupure à distance de certains de nos appareils pour « lisser » la consommation est une intrusion dans notre vie privée. Nous ne pouvons l’accepter.

5. RAISON SANITAIRE

Linky utilise la technologie CPL ( Courant Porteur en Ligne) qui n’est pas adaptée au réseau domestique:

Wikipedia explique :

« Le principe des CPL consiste à superposer au courant électrique alternatif de 50 ou 60 Hz un signal à plus haute fréquence et de faible énergie. Ce deuxième signal se propage sur l’installation électrique et peut être reçu et décodé à distance. Ainsi le signal CPL est reçu par tout récepteur CPL de même catégorie se trouvant sur le même réseau électrique. Cette façon de faire comporte cependant un inconvénient : le réseau électrique n’est pas adapté au transport de ces fréquences car il n’est pas blindé. En conséquence, la plus grande partie de l’énergie injectée par le modem
CPL est rayonnée sous forme d’onde radio. »
(https://fr.wikipedia.org/wiki/Courants_porteurs_en_ligne)

Le Centre Scientifique et Technique du Bâtiment informe que les logements sont exposés aux signaux CPL du voisinage :

« Dans un logement situé à proximité de logements équipés de compteurs communicants Linky, l’exposition aux signaux CPL existera, qu’il y ait ou non un compteurcommunicant dans ce logement. Les niveaux d’exposition seront néanmoins plus faibles en l’absence de compteur communicant. »

(Rapport du CSTB 2017 en pièce jointe page 45)

 Les experts assurent que les ondes émises par le Linky sont en dessous des normes légales :

Comme pour la radioactivité ou les pesticides, ces normes n’apportent aucune garantie
d’innocuité sanitaire. Il n’a jamais été démontré scientifiquement de « seuil » en-dessous duquel il n’y aurait aucun risque. Le principe de précaution n’a pas été appliqué dans notre pays.

Olivier Cachard, avocat, écrit dans le Monde Diplomatique en Février 2017(lien):

« En France, c’est pour des nuisances nouvelles, comme celles générées par les ondes
électromagnétiques, que le principe de précaution a d’abord été consacré dans le code de
l’environnement, avant d’être élevé au rang de norme constitutionnelle dans l’article 5 de la Charte de l’environnement, en 2004. Aujourd’hui, pourtant, le principe de précaution subit des attaques systématiques qui entretiennent sciemment la confusion entre des préjudices individuels circonscrits — effectivement réparables par le droit de la responsabilité — et le risque d’un dommage de masse, qui relève véritablement du principe de précaution. Il convient donc de veiller à sa mise en œuvre par les autorités publiques, faute de quoi la responsabilité de l’État pourrait être engagée. En matière de champs électromagnétiques, on peut juger préoccupantes les conditions sulfureuses dans lesquelles ont été adoptées les limites réglementaires d’exposition. »
(https://www.monde-diplomatique.fr/2017/02/CACHARD/57119)

Enedis affirme déjà utiliser le CPL sans problème pour le signal heures pleines/heures creuses :

L’association PRIARTEM dans sa lettre 33 (page 2 en pièce jointe ) distingue :

le CPL « Pulsadis » (qui gère les heures « creuses ») envoie 175 Hertz dans les câbles peu de fois par jour (deux en général) du CPL du Linky qui envoie 63 000 et 74 000 Hertz (pour le CPL G1) … jusqu’à 90 600 Hertz pour le G3 (page 92 du rapport de l’ANSES) dans tout l’habitation 24h/24.

(PRIARTEM : Pour Rassembler Informer et Agir sur les Risques liés aux Technologies ElectroMagnétiques)
En effet, l’ANFR explique (page 9 pdf ) :

« La collecte des index de consommation a lieu la nuit entre minuit et 6 heures du matin. […]
En plus de cette collecte quotidienne, le concentrateur interroge successivement l’ensemble des compteurs de la grappe à intervalle régulier (pouvant aller de toutes les minutes ou toutes les 10 minutes selon la configuration du réseau) afin de surveiller l’état général du réseau basse tension et détecter rapidement d’éventuelles pannes. Le compteur interrogé répond en transmettant une trame élémentaire très brève. »

ENEDIS prétend que les autorités sanitaires ont donné leur aval

L’ANSES publie dans son rapport de:

« Concernant les effets à long terme, les conclusions du rapport de l’Agence publié en 2009 (Afsset, 2009b) sont toujours d’actualité : « Peu d’études expérimentales et épidémiologiques sont disponibles concernant les effets des champs électromagnétiques des fréquences [utilisées par le CPL] sur la santé.L’analyse [des] études [disponibles] ne permet pas de conclure définitivement quant à l’existence ou non d’effet délétère lié à des expositions aux radiofréquences dans la bande 9 kHz – 10 MHz à des niveaux non thermiques ».

( page 17 pdf du Rapport de l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire de l’alimentation, de l’Environnement et du travail de Juin 2017 en pièce jointe)

et recommande (page 22 pdf ):

« Au-delà, compte tenu d’incertitudes sur les effets sanitaires pour les fréquences mises en œuvre, l’Agence appelle à poursuivre l’étude de ces effets potentiels dans la gamme de fréquences autour du kilohertz. »

La saisine de l’ANSES par le Ministère de la Santé, à la demande de PRIARTEM, a donc démenti formellement cette assertion.

Les Linky, posés en grappes de 10 à 1000, reliés par CPL à des concentrateurs, eux-mêmes reliés par le réseau de téléphonie au collecteur général d’ENEDIS, créent un champ électromagnétique et une exposition chronique, y compris pour les personnes ayant refusé le Linky .

(Lettre 33 de l’association PRIARTEM page 7- 8 en pièce jointe)

Pour ces raisons et d’autres non développées ici, nous vous demandons, Mesdames et Messieurs les Députés, Mesdames et Messieurs les Sénateurs, de décider un moratoire sur l’installation des compteurs LINKY et la réinstallation des compteurs mécaniques ou de deuxième génération.

Nous vous remercions de votre attention et vous prions d’agréer, Mesdames et Messieurs les Députés,
Mesdames et Messieurs les Sénateurs, l’expression de nos salutations respectueuses.

Les Signataires sont les 92 collectifs et associations suivantes –

 Directive Européenne.pdf

 Rapport de la cour des comptes RPA2018-Tome-1-i…

 Avis revisé et Rapport de l’ANSES.pdf

 Rapport du CSTB.pdf

 ADEME-201507.pdf

 

COURRIERS : Différentes méthodes de refus selon les cas –

1 – Lettre de refus mentionnant le défaut d’assurance d’Enedis

2 – Avec Sommation de ne pas faire par voie d’huissier

000 Modèle de lettre de refus

LINKY-SOMMATION-PAR-HUISSIER-A-ENEDIS-revisee-8-mars-2017

HUISSIER modèle lettre accompagnement

3 – Documents par le Cabinet d’Avocats Artemisia

NOTE AU DOSSIER PARTICULIER FEVRIER 2017

ANNEXE I – REFUS LINKY PARTICULIERS

ANNEXE II – DEMANDE DE RACCORDEMENT SANS LINKY – PARTICULIERS

ANNEXE III – DEMANDE COMMUNICATION DOCUMENTS ADMINISTRATIFS – PARTICULIERS

Lire la suite « COURRIERS : Différentes méthodes de refus selon les cas – »

Ségolène Royale a reçu l’association Priartem et sermonne Enedis

7

Association nationale P.R.I.A.R.T.EM
Correspondance : P.R.I.A.R.T.EM – Collectif des Electrosensibles de France; 5, Cour de la Ferme Saint-Lazare ; 75010 Paris
Email : Cliquez –  Tél presse : 02 37 41 80 55 ou 06 82 59 42 04
www.priartem.frwww.electrosensible.org

Linky, quand Ségolène Royal sermonne ENEDIS

Communiqué du 27 avril 2017

Suite à l’annonce de notre recours devant la CADA (1) concernant la non-publication du rapport du CGEDD (2) sur le Linky, la Ministre de l’environnement a demandé à sa direction de cabinet de recevoir PRIARTEM.

Reçues mardi 25 avril après-midi, les représentantes de l’ONG ont été informées que la

Lire la suite « Ségolène Royale a reçu l’association Priartem et sermonne Enedis »